Turquie: Les forces de sécurité déjouent les tactiques de l'organisation terroriste du PKK

Les membres du PKK ont détruit les maisons pour se frayer un passage secret et facile dans la ville, et recourent à une tactique des Talibans.

469352
Turquie: Les forces de sécurité déjouent les tactiques de l'organisation terroriste du PKK

Les membres de l'organisation terroriste du PKK, qui ont transféré leurs actes des zones rurales vers les villes, recourent à des "tactiques sournoises" contre les forces de sécurité turques.

Les terroristes commettent des actes ignobles dans la province de Sirnak (Sud-est) et ses districts de Cizre, d'Idil et de Silopi, dans les districts de Nusaybin, de Dargecit et de Derik de la province de Mardin (Sud-est), à Sur (district de la province de Diyarbakir, Sud-est) et à Yuksekova (district de la province de Hakkari, Sud-est).

Ils utilisent des matériaux explosifs comme le nitrate d'ammonium, le C4 et le RDX qu'ils tassent dans des tubes de cuisine, d'extinction et d'industrie.

Ils renforcent ces explosifs en remplissant les tubes également de clous, de billes et de pièces de fer. Les explosifs artisanaux pèsent entre deux et 500 kilogrammes.

Installant ces dispositifs dans les endroits sélectionnés avec des câbles et des circuits électroniques, les terroristes font exploser ces systèmes à distance, par une télécommande.

En général, ils installent ces systèmes aux abords de la route qu'empruntent les forces de sécurité, dans les jardins des maisons, derrière les portes, dans les lits et même à l'intérieur des livres religieux ou du Coran.

Après que ces systèmes explosifs installés soient découverts et éliminés de loin par les agents de sécurité, les terroristes du PKK ont changé de tactique.

Actuellement, ils les installent à deux ou trois mètres des barricades et des fossés que démontent et comblent les agents de sécurité durant les opérations.

Pour que les circuits explosifs ne soient pas remarqués par les forces de sécurité, les terroristes plantent des pépinières et des arbres qu'ils arrachent d'ailleurs, dans ces endroits.

Ainsi, ils cherchent à prétendre que l'endroit où a été caché l'explosif, n'a pas été endommagé durant l'installation. Pour camoufler les câbles, ils plantent du gazon.

Les familles qui ne quittent pas leurs maisons dans les quartiers où un couvre-feu a été décrété, sont forcées à se déplacer dans les bâtiments désignés par les terroristes.

L'idée consiste à ce que les agents de sécurité entreraient dans ces bâtiments de manière inattentive en pensant qu'ils sont habités par des civils. C'est à ce moment que les systèmes explosifs sont actionnés.

Auparavant, les terroristes plaçaient les explosifs sous les livres, entre les grilles des radiateurs, dans des valises et des berceaux. Maintenant, ils trouent les murs, installent les explosifs puis comblent ces trous avec de l'enduit pour les camoufler aussi. Le but est de faire écrouler le bâtiment entier.

Par ailleurs, les membres du PKK se cachent derrière les murs des maisons dans lesquels ils ont placé de très petites grilles à environ quatre ou cinq centimètres de diamètre, pour pouvoir tirer leur armes sans qu'elles ne soient remarquées.

Durant leurs attaques, les terroristes utilisent des fusils d'élite de marque «Dragunov», «Zagros» et «Kanas», remplies de balles anti-blindage.

- Tactiques des Talibans

Le PKK a aussi adopté certaines tactiques des Talibans.

Ils harcèlent les agents de sécurité des deux côtés, gauche et droite, puis se déplacent dans les tunnels creusés sous les maisons sans être capturés, pour les tromper. Par la suite, les tireurs d'élite, qui se trouvent au milieu de l'endroit, tirent directement sur les forces de sécurité.

Il s'agit d'une tactique utilisée par les Talibans en Afghanistan contre les soldats américains en 2001.

- Passages secrets

Pour se déplacer sans être repérés, les terroristes utilisent les tunnels creusés sous les maisons.

Ils ont aussi détruit les murs entre les maisons pour assurer un passage plus facile, et cela pas uniquement horizontalement. Les plafonds et les parquets des appartements sont aussi détruits pour que les terroristes se déplacent facilement à l'aide de cordes.

Pour éviter les tirs des forces de sécurité, ils se cachent généralement au sous-sol des bâtiments.

Afin d'éviter d'être capturés à l'aide de la détection des signaux, les terroristes n'utilisent pas de téléphones mobiles et communiquent à l'aide des talkie-walkie.

Les parapluies noirs permettent aux terroristes d'empêcher que les drones ne repèrent leur endroit.

Les terroristes exécutent leur collègues qui sont blessés pour qu'ils ne soient pas capturés vivants par les agents de sécurité.

Afin de manipuler l'opinion publique, ils procèdent également de la désinformation et font véhiculer des allégations selon lesquelles beaucoup de militaires et de policiers seraient tués.

AA



SUR LE MEME SUJET