Ibrahim Kalin appelle à une nouvelle approche stratégique contre Daesh

Il a appelé à adopter une nouvelle approche dans la stratégie contre Daesh qui permettrait aux pays musulmans et occidentaux de coopérer

467995
Ibrahim Kalin appelle à une nouvelle approche stratégique contre Daesh

Le porte-parole de la Présidence de la République turque, Ibrahim Kalin, a appelé à adopter une nouvelle approche dans la stratégie contre Daesh, qui permettrait aux pays musulmans et occidentaux de coopérer.

Kalin a prononcé un discours durant une conférence intitulée «Repenser l'extrémisme violent dans la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord", samedi à Istanbul.

Le porte-parole a déclaré: «La stratégie actuelle, qui portait principalement sur des frappes aériennes sur des positions et éléments de Daesh en Syrie et en Irak, n'a pas réussi à empêcher le groupe terroriste de frapper la Syrie, la Turquie, l'Europe et les États-Unis.»

Selon Kalin, la guerre en Syrie alimente Daesh et d'autres groupes terroristes.

«Plus nous laissons cette guerre continuer, plus les actes terroristes de Daesh deviendront meurtriers, a-t-il lancé. Daesh a atteint son niveau actuel de réseau et d'impact principalement en raison de la guerre en Syrie et en Irak.»

«Comme le démontrent les récentes attaques à Ankara et à Istanbul, Daesh et le PKK qui ont des fondements idéologiques et politiques opposés, sont unis dans le terrorisme dirigé contre la Turquie», a déclaré le porte-parole.

Daesh a été lié à un certain nombre d'attentats-suicides en Turquie.

L'organisation terroriste a commis une attaque contre un groupe d'Allemands le 12 janvier sur la place Sultanahmet à Istanbul. Par la suite, elle a ciblé trois Israéliens et un Iranien le 19 mars à Istanbul.

Une dernière explosion à Istanbul a également blessé 45 personnes. Les autorités ont identifié le kamikaze, Mehmet Ozturk, né dans la province de Gaziantep (Sud-Est) en 1992. Ozturk est soupçonné d'avoir des liens avec Daesh.

En outre, 103 personnes ont été tuées dans l'attaque d'octobre 2015, lors d'un rassemblement dans la capitale Ankara, devant la Gare centrale de la ville.

Selon le porte-parole, l'extrémisme violent est un phénomène mondial qui a plusieurs motifs, y compris les idées religieuses, laïques ou nationalistes.

«La naissance de l'extrémisme violent a plusieurs raisons et nous devons adopter une approche d'envergure pour comprendre ses causes et agir à plusieurs niveaux afin de le contrôler et le prévenir», a plaidé Kalin.

Combattre les extrémistes nécessitera un conflit des idées et il faudra que les prétextes au terrorisme soient réfutés sincèrement par les autorités.

Notant que les terroristes de Daesh et d'autres groupes instrumentalisent la guerre syrienne pour répandre leur idéologie extrémiste et attirer de nouveaux membres, Kalin a déclaré: «Coincés entre l'extrémisme violent et le racisme anti-musulman, les musulmans ordinaires sont doublement visés. Ils souffrent d'attaques brutales de Daesh dans des endroits comme la Syrie et l'Irak car Daesh a tué beaucoup plus de musulmans que de non-musulmans. D'autre part, les islamophobes, qui utilisent le terrorisme de Daesh pour justifier la vague d'hostilité envers les musulmans, soumet les musulmans à la discrimination.»

Responsabiliser les autres gens ne résout pas les problèmes, d'après Kalin, au contraire, cela conduit à la paresse intellectuelle et au conformisme moral.


AA



SUR LE MEME SUJET