"L’immunité parlementaire n’est pas pour commettre des délits"

Le ministre a critiqué l'attitude de la Belgique qui a autorisé que le PKK (organisation terroriste reconnue par l'UE) installe une tente au centre de Bruxelles, derrière le siège du Conseil Européen, où un sommet Turquie-UE important allait se tenir

453647
"L’immunité parlementaire n’est pas pour commettre des délits"


Le Ministre de la Justice, Bekir Bozdağ, a déclaré que l'immunité parlementaire n'était pas une privilège accordée aux députés pour qu'ils puissent commettre des crimes.

Le ministre s'est exprimé vendredi devant les journalistes, lors de son déplacement à Yozgat, dans le centre de la Turquie, sur la question de l'immunité parlementaire.

«L'immunité est accordée aux députés pour qu'ils réalisent leurs travaux dans les meilleures conditions. Ce n'est en aucun cas un avantage qui leur est offert pour qu'ils agissent de manière contraire au code pénal et à la législation. L'immunité ne leur donne pas le droit de commettre des crimes», a-t-il expliqué.

Le ministre est revenu sur le débat autour de la levée de l'immunité de plusieurs députés, pour lesquels 506 dossiers sont actuellement en attente au parlement turc.

«Il est certain que traiter tous ces dossiers un par un serait une très grosse perte de temps pour le parlement. Les députés devront alors utiliser tout leur temps pour les traiter et ne débattre de rien d'autre», a-t-il dit.

«C'est pourquoi la proposition de notre Premier ministre, Ahmet Davutoglu, en faveur de l'adoption d'une loi temporaire qui permettrait de traiter en une seule fois l'ensemble des dossiers en attente et de retirer l'immunité des députés concernés, est une bonne chose», a-t-il estimé.

Le ministre Bozdağ a cependant apporté des précisions à ses propos en ajoutant notamment que si une telle loi venait à être adoptée, elle ne concernerait que les dossiers en cours.

«Cela ne veut pas dire que les prochains députés qui seront élus ne bénéficieront pas d'une immunité parlementaire. Cela ne veut pas dire non plus que tous les députés, même ceux qui ne sont pas concernés par des dossiers en attente, verront leur immunité levée», a-t-il expliqué.

Bozdağ a commenté à ce propos les réponses des partis de l'opposition à l'appel de Davutoglu estimant qu'elles n'étaient pas sincères.

«Ils [les partis de l'opposition] évoquent tous des conditions pour traiter la question, ça s'appelle étalé de la farine sur un fil [expression turque utilisée pour dire qu'ils cherchent à rendre les choses impossibles], a-t-il affirmé. S'ils étaient sincères, ils accepteraient cette proposition sans y ajouter des conditions.»

Le ministre a également critiqué l'attitude de la Belgique qui a autorisé que le PKK (organisation terroriste sur la liste de l'UE) installe une tente au centre de Bruxelles, juste derrière le siège du Conseil Européen, où un sommet Turquie-UE allait avoir lieu.

«C'est de l'hypocrisie, ils [les Belges et les européens] ne font pas preuve de solidarité avec la Turquie face au terrorisme. Ils doivent mettre fin à ce comportement et agir de manière sincère et effective contre les organisations terroristes qui frappent la Turquie», a-t-il estimé.



aa



SUR LE MEME SUJET