Les actions humanitaires de la Turquie (10)

Deux villes : Calais en France qui accueille 5 000 migrants et Kilis en Turquie qui abrite 130 000 hôtes syriens. Comment sont les situations des demandeurs d'asile dans ces deux villes situées dans des continents différents ?

448065
Les actions humanitaires de la Turquie (10)

- Comment est-ce que nous comprenons qu'un pays est civilisé ?

  • L'attaché de presse du Croissant-Rouge turc Selahattin Bostan répond à notre question en comparant la ville de Calais en France et celle de Kilis en Turquie.

Comment est-ce que nous comprenons qu'un pays ou un peuple est civilisé ? Est-ce que les livres sur les droits de l'Homme qui se trouvent dans les bibliothèques d'un pays, sont la preuve que ce pays est civilisé ? Nous laissons nos auditeurs ou lecteurs répondre à cette question dans le cadre des exemples que nous allons donner.

Calais…ville portuaire au nord de la France, située à 290 kilomètres de Paris. Un camp de réfugiés se trouve à Calais. Le camp est dans les limites de Calais, mais à l'extérieur du centre-ville. Il est dans une région traversée par la canalisation, dans une zone forestière. Près de 5 000 réfugiés vivent dans ce camp qui se trouve en quelque sorte en plein cœur de l'Europe. Les réfugiés qui vivent ici, rêvent de passer en Angleterre. Les associations européennes des droits de l'Homme et les organisations non-gouvernementales européennes critiques sévèrement depuis longtemps la France en raison des conditions inhumaines dans lesquels vivent les réfugiés dans ce camp. Car les conditions qui se trouvent sont tellement mauvaises que les réfugiés qui ont fui leur pays par peur de mourir, regrettent même d'avoir quitté leur pays… Un réfugié qui a accordé une interview pour un organe de presse prestigieux d'Europe, a déclaré : « J'ai perdu mon ami et mon frère. Lorsque nous sommes arrivés ici, nous avions une vision positive à l'égard des pays d'Europe et des Européens. Nous avions énormément d'attendent au nom de la justice, politique et de l'humanité. Toutefois, la vie que nous menons actuellement est pire que celle d'un chien ».

Les réfugiés montrent aux caméras les blessures qu'ils ont sur leur corps et affirment que les policiers les maltraitent. La préfecture liée à Calais, a accordé ce droit aux policiers. En résumé, la France qui compte 66 millions d'habitants accueille 5 000 réfugiés dans des conditions inhumaines. Une situation plus triste est actuellement vécue en France à la suite des attaques terroristes perpétrées dans ce pays au mois de novembre dernier. Des personnes non identifiées incendient le camp de réfugiés de Calais. Les réfugiés fuient pour sauver leur vie tandis que leurs affaires à l'intérieur desquelles se trouvent leurs derniers souvenirs, sont brûlées. D'autre part, la Grande-Bretagne où ils souhaitent se rendre, ferme ses portes à double tour. Les réfugiés essaient de poursuivre leur vie en se cachant des policiers, au milieu d'une région forestière dans des tentes de pacotille qu'ils ont fabriquées avec des morceaux de nylon. « Il n'est pas possible de tomber sur un camp de réfugiés aussi effrayant que celui de Calais même dans les pays d'Afrique » a reproché le directeur général de l'association international des droits des réfugiés Ugur Yildirim évoquant le drame des réfugiés en France.

Kilis… ville turque limitrophe de la Syrie, qui compte 90 000 habitants. Elle accueille 130 000 Syriens qui ont fui leur pays à cause des conflits. C'est-à-dire qu'elle accueille plus de hôtes que le nombre d'habitants qu'elle compte. Selon les registres de la police, aucun incident troublant l'ordre public n'a été vécu dans la ville de Kilis à cause des hôtes syriens. Ceux qui avaient apporté de l'argent avec eux, ont acquis des commerces. Des centaines de commerces dont la plupart sont des restaurants de la ville, appartiennent aux Syriens.

Les hôtes syriens installés à Kilis, ont 30 000 enfants à l'âge d'aller à l'école. 75 % de ces enfants suivent leur éducation selon le programme scolaire syrien. Si la guerre venait à prendre fin et que ces personnes retournaient dans leur pays, elles n'auront aucun retard au niveau de leur éducation scolaire. Outre le programme scolaire, ces enfants suivent également des cours d'apprentissage de la langue turque. Peut-être que les graines d'une fraternité qui durera des siècles, sont en train d'être semées. 'Des centres sociaux polyvalents » destinés aux femmes, ont été ouverts à Kilis. Les hôtes syriennes peuvent y suivre de nouvelles formations professionnelles allant de la coiffure au nettoyage. La mairie de Kilis offre 250 livres turques de revenus par mois pour les femmes qui participent à ces formations. Les produits fabriqués lors des cours de formation, sont périodiquement vendus lors des kermesses et l'argent récolté contribue au paiement des frais découlant de ces cours.

La ville turque de Kilis souhaite que l'on couronne cet exemple d'hospitalité. Elle souhaite au moins que le monde soit au courant de cet exemple. C'est pourquoi une demande a été faite pour la candidature de la ville au Prix Nobel. Le maire de la ville de Kilis, Hasan Kara présenté tout d'abord, ses remerciements à la population de Kilis. Il sait que l'histoire de la tolérance et de la fraternité a été écrite à Kilis. « Des traumatismes communautaires ont été vécues dans les villes qui ont subi de grandes vagues de migration dans l'histoire du monde. Toutefois, un évènement historique se produit à Kilis. Depuis 5 ans, Kilis ouvre ses bras à ses hôtes syriens en toute paix, avec fraternité et tolérance. Cela n'est pas seulement un exemple dans l'histoire de la Turquie, mais dans celui du monde. Il faut que les associations qui parlent au nom de l'humanité, de la liberté et du droit à l'existence, viennent examiner l'exemple de Kilis et le transmettent au monde entier » a affirmé Hasan Kara.

Les derniers mots du maire de la ville de Kilis, Hasan Kara, portent en quelque sorte la qualité de réponse à la question que nous avions posée… Comment peut-on comprendre qu'un pays est civilisé ? Kara répond à cette interrogation de cette façon : « Il est possible que les Européens eussent rédigé le livre de l'humanisme, mais Kilis est la seule ville où est vécue l'humanisme. Tout au long de l'histoire, nous avons toujours ouvert nos portes à tous les peuples demandant de l'aide et pas uniquement au peuple syrien. Et nous parvenons à faire cela à Kilis sur le plan social plutôt que sur le plan individuel. »




SUR LE MEME SUJET