Ahmet Davutoglu rencontre Jens Stoltenberg, dans le Quartier général de l'Otan à Bruxelles

La rencontre a été marquée par la plus grande crise de migrants de l'époque

446545
Ahmet Davutoglu rencontre Jens Stoltenberg, dans le Quartier général de l'Otan à Bruxelles

Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu rencontre le secrétaire général de l'OtanJens Stoltenberg, dans le Quartier général de l'Alliance à Bruxelles.

Le chef du gouvernement turc Ahmet Davutoglu a déclaré qu'il y avait eu une forte augmentation du nombre de réfugiés en raison de la hausse des raids aériens russes en Syrie.

La rencontre a été marquée par la plus grande crise de migrants de l'époque.

Lors de la conférence de presse commune, M. Davutoglu a fait savoir que la Russie avait visé les civils et non l'organisation terroriste Daesh lors des opérations effectuées en Syrie, et que cela avait fait grimper le nombre de réfugiés.

"La Turquie accueille 2,7 millions de réfugiés. Des centaines de milliers de réfugiés attendent de l'autre côté de la frontière à cause de l'interruption du corridor entre Alep et la Turquie. Nous craignons une nouvelle vague de migrants" a assuré le Premier ministre turc notant que les organisations terroristes Daesh, PKK et YPG menaçaient la sécurité nationale de la Turquie.

Le secrétaire général de l'Otan a soutenu les déclarations de M. Davutoglu et s'est penché sur la mission des navires de l'Otan en mer Egée.

"Nos navires récoltent des informations et font des observations. Nous allons renforcer nos efforts au terme des décisions prises ce weekend. Nous allons hausser nos activités dans les eaux territoriales turques et grecques en coopération avec nos deux alliés. A compter d'aujourd'hui, l'Otan amorce ses activités dans les eaux territoriales. Nous élargissons notre coopération avec FRONTEX, agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des États membres de l'Union européenne. Nous haussons le nombre de nos navires positionnés" a précisé de son côté Jens Stoltenberg.

Soulignant que la présence de la Russie en Syrie approfondissait la crise, Stoltenberg a indiqué que la Turquie se trouvait sur la première ligne de front dans la guerre en Syrie, et affirmé que l'Otan était solidaire avec la Turquie.



SUR LE MEME SUJET