Erdoğan appelle le vice-président américain à s'excuser

Le président Erdoğan a vivement réagi aux accusations du vice-président américain Joe Biden

149787
Erdoğan appelle le vice-président américain à s'excuser

Les déclarations attribuées à Joe Biden ont marqué l'actualité du président Recep Tayyip Erdoğan et du Premier ministre Ahmet Davutoğlu.

Le président Recep Tayyip Erdoğan a vivement réagi face aux propos attribués au vice-président américain Joe Biden et selon lesquels "les alliés de son pays aurait financé et armé des organisations "terroristes" en Syrie.

Erdoğan a martelé que la Turquie n'avait procuré la moindre aide à aucune organisation terroriste, dont l'EIIL, ni durant la période où il était Premier ministre, ni durant son mandat présidentiel.

"Personne ne peut prouver une telle chose! Aucun combattant étranger n'est entré en Syrie depuis notre pays. S'il a un passeport de touriste, il peut passer. Mais personne ne peut dire qu'une personne armée est passée. Nous conservons notre sensibilité à ce sujet" a souligné le président turc.

Le président Erdoğan a également démenti les allégations selon lesquelles il se "serait excusé" ou aurait "admis son erreur à ce sujet" lors de sa dernière visite aux Etats-Unis.

"S'il a tenu de tels propos, c'est à Biden de s'excuser" a exhorté M. Erdoğan.

Le Premier ministre Ahmet Davutoğlu s'est également exprimé concernant les accusations du vice-président américain.

"Nous ne pouvons accepter ces accusations" a déclaré M. Davutoğlu.

Précisant que toute l'administration américaine, et donc Joe Biden, savait très bien que la Turquie accueillait à elle-seule tous les réfugiés depuis 4 ans, M. Davutoğlu a affirmé que "toutes ces souffrances n'auraient pas été vécues si les avertissements effectués depuis 4 ans par la Turquie avaient été pris en considération".

"Chacun a une responsabilité historique à ce sujet, mais le seul qui n'a aucune responsabilité historique est bien la Turquie. Personne n'a le droit de critiquer la Turquie alors qu'elle accueille tous ses hôtes venant de Syrie et d'Irak, aussi bien sunnites, chiites, chrétiens, qu'arabes, kurdes, turkmènes ou Yazidis" a estimé le Premier ministre turc.

 


Mots-clés:

SUR LE MEME SUJET