Le réchauffgement climatique peut favoriser la multiplication des "amibes mangeuses de cerveau"

Les « amibes mangeuses de cerveau » et les bactéries peuvent se multiplier plus rapidement dans les eaux dont la température augmente en raison du réchauffement climatique.

1649498
Le réchauffgement climatique peut favoriser la multiplication des "amibes mangeuses de cerveau"

 

Les « amibes mangeuses de cerveau » et les bactéries peuvent se multiplier plus rapidement dans les eaux dont la température augmente en raison du réchauffement climatique.

Des scientifiques américains ont souligné que les eaux douces telles que les lacs et les rivières avec des températures croissantes deviendront des milieux plus favorables pour les organismes pouvant nuire aux humains, tels que Naegleria fowleri, également connue sous le nom d' « amibe mangeuse de cerveau ».

La professeur Sandra Gompf, spécialiste des maladies infectieuses de l'Université de Floride du Sud, a souligné que les scientifiques commencent à s'inquiéter davantage du fait que des agents pathogènes dangereux tels que la bactérie d'eau salée Vibrio vulnificus, également connue sous le nom de "bactérie mangeuse de chair" et le Naegleria fowleri en eau douce, puissent se multiplier avec le réchauffement des eaux.

Les experts soulignent que les fortes inondations peuvent faciliter le transport des eaux polluées où se reproduisent des agents pathogènes dangereux.

Le chercheur de l'Université de Californie, le Prof. Yun Shen a également déclaré que les agents pathogènes, qui peuvent potentiellement se reproduire dans les réserves d'eau des régions où la sécheresse est sévère, sont également susceptibles de pénétrer dans les réseaux d'eau des villes.

Le nombre de cas au cours des 10 dernières années est plus élevé que prévu, selon les experts qui notent que cette situation pourrait s’aggraver avec le réchauffement climatique.

L’amibe unicellulaire Naegleria fowleri pénètre dans le corps humain par le nez, provoquant une infection dans le cerveau et souvent mortelle.

L'amibe, qui se trouve principalement dans les eaux douces telles que les lacs, les rivières et les canaux, ne se transmet pas d'une personne à l'autre.

La bactérie Vibrio vulnificus qui vit dans les eaux salées, peut causer notamment la diarrhée, une infection de la circulation sanguine et la gangrène.



SUR LE MEME SUJET