L'OMS déclare que le coronavirus est une pandémie

Le nombre de cas de COVID-19 a été multiplié par 13 hors de Chine, au cours des 2 dernières semaines, selon l'OMS

1377105
L'OMS déclare que le coronavirus est une pandémie


 

L’Organisation mondiale de la santé a déclaré, mercredi, que le coronavirus était "une pandémie mondiale".

Lors d'une conférence de presse au siège de l'OMS à Genève, le chef de l'agence de santé des Nations Unies, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré qu'au cours des deux dernières semaines, le nombre de cas de COVID-19 en dehors de la Chine a été multiplié par 13 et a triplé dans les pays touchés.

"L'OMS a évalué cette flambée 24 heures sur 24 et nous sommes profondément préoccupés à la fois par les niveaux alarmants de propagation et de gravité et par les niveaux alarmants d'inaction", a-t-il déclaré.

"Nous avons donc estimé que COVID-19 pouvait être qualifié de pandémie", a ajouté Tedros.

Il y a maintenant plus de 118 mille cas dans 114 pays, et 4 291 personnes ont perdu la vie, alors que 81 pays sont encore indemnes à ce jour, a-t-il déclaré.

"Nous n'avons jamais vu de pandémie déclenchée par un coronavirus. Il s'agit de la première pandémie causée par un coronavirus", a déclaré Tedros.

Il a ajouté que le monde n'avait également jamais vu de pandémie pouvant en même temps être contrôlée, ajoutant que certains pays ne prenaient aucune mesure pour endiguer la maladie.

"Décrire la situation comme une pandémie ne change pas l'évaluation par l'OMS de la menace posée par ce virus. Cela ne change pas ce que fait l'OMS, et cela ne change pas ce que les pays devraient faire", a déclaré Tedros.

Sur les 118 mille cas signalés dans le monde dans 114 pays, plus de 90% des cas se trouvent dans seulement quatre pays, a-t-il déclaré et que deux d'entre eux - la Chine et la Corée du Sud - ont des épidémies en déclin significatif.

"Si les pays détectent, testent, traitent, isolent, retracent et mobilisent leurs populations dans la réponse, ceux qui ont une poignée de cas peuvent empêcher ces cas de devenir des groupes et ces groupes de contaminer toute la communauté", a déclaré Tedros.

Tous les pays doivent trouver un juste équilibre entre la protection de la santé, la réduction des perturbations économiques et sociales et le respect des droits de l'homme.

"Ce n'est pas seulement une crise de santé publique; c'est une crise qui touchera tous les secteurs - donc chaque secteur et chaque individu doit être impliqué dans la lutte", a noté Tedros.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AA



SUR LE MEME SUJET