La patience stratégique de la Turquie en Syrie est épuisée

Etude de Can ACUN, chercheur en Relations extérieures à SETA

1719827
La patience stratégique de la Turquie en Syrie est épuisée

Dans sa dernière déclaration, le président Recep Tayyip Erdogan a affirmé « Nous ne pouvons plus tolérer » les attaques provenant des zones sous contrôle du PKK/YPG en Syrie, et que de nouvelles opérations militaires seront lancées contre le PKK/YPG soit en collaboration avec les forces locales effectives soit seul. Alors que les regards se tournent vers la Syrie après cette déclaration, le sommet entre Erdogan et Poutine à Sotchi il y a quelque temps peut être considéré comme décisif.

        

Avec les déclarations du président Erdogan selon lesquelles « nous n'avons plus de patience », la Turquie devrait mener de vastes opérations militaires dans certaines zones de Syrie qui sont entre les mains du PKK/YPG. En fait, on peut dire que la Turquie agit depuis longtemps avec une « patience stratégique ». Contrairement aux accords conclus avec les États-Unis et la Russie, le PKK/YPG continue d'opérer dans des zones proches de la frontière turque. Encore une fois, l'organisation terroriste PKK/YPG mène des attaques terroristes en infiltrant des régions sous contrôle turc telles qu'Afrine, Azez, Jerablus, al-Bab, Tal Abyad et Resul Ayn, vise à la fois des éléments des Forces armées turques (TSK) et des forces affiliées à l'Armée nationale syrienne (ANS), et par-dessus cela elle perpètre des attentats à la bombe visant des civils afin de créer une instabilité dans ces régions. Alors que les forces armées turques et le MIT ont mené avec succès des opérations contre le PKK en Turquie et en particulier dans le nord de l'Irak et éliminé l'organisation, la branche syrienne du PKK, le PYD/YPG, continue d'opérer sous l'égide des États-Unis et de la Russie en forçant la patience de la Turquie. Cependant, comme le président Erdogan l'a directement martelé, les limites de la Turquie ont maintenant été dépassées en Syrie. Il semble que nous soyons à la veille d'une nouvelle ère d'opérations compréhensives, comme dans les précédentes opérations Bouclier de l'Euphrate, Rameau d'olivier et Sources de Paix.

 

Ici, il faut aussi prendre en compte le sommet Erdogan-Poutine qui s'est tenu à Sotchi la semaine dernière. Les deux dirigeants ont discuté de la Syrie en privé, et les parties ont déclaré qu'elles entendaient sortir de la spirale perdant-perdant dans laquelle elles se trouvent. Un terrain d'entente peut avoir été établi à travers des révisions et des concessions réciproques à partir de positions actuelles. Cela aura des conséquences importantes pour Idlib et les zones contrôlées par le PKK/YPG dans un avenir proche. Cependant, nous pouvons dire que si aucun résultat ne peut être obtenu malgré les approches positives des deux dirigeants, la Russie et les forces du régime cibleront Idlib, la Turquie réagira ici comme un moyen de dissuasion, elle lancera des opérations militaires contre le PKK/YPG. Et la Russie et les forces du régime essaieront de répondre avec une force de dissuasion.



SUR LE MEME SUJET