Le dernier acte à Idleb (étude)

Une étude de Can ACUN, chercheur en Relations internationales à SETA.

1707082
Le dernier acte à Idleb (étude)

 

Les forces affiliées au régime d'Assad ont recommencé à cibler la région d'Idleb ces derniers jours, avec un soutien aérien russe. Le ciblage de la région, tenue par l'opposition syrienne et où vivent environ quatre millions de civils, a une nouvelle fois entrouvert la porte d’une crise humanitaire majeure.

Alors que la Turquie essaie de prendre des mesures de dissuasion militaire tout en ayant conscience du danger, le silence de l'opinion publique internationale encourage le régime Assad et ses alliés.

Alors que les développements militaires et les conflits dans le domaine syrien se sont déroulés relativement calmement ces derniers mois, le régime Assad a recommencé à cibler Idleb avec le soutien de l'armée de l'air russe. Grâce au sommet des dirigeants, tenu à Sotchi et l'accord entre la Turquie et la Russie concernant la région, les conflits ont pris fin à grande échelle.

Cependant, au cours des dernières semaines, nous avons recommencé à voir des attaques qui se sont multipliées. On voit que les forces affiliées au régime ciblent la région de Jabali Zawiya, notamment au sud de la ligne M4, depuis l’air et les Russes depuis le sol.

Lorsque l'on examine le plan d'action de base, on voit que les éléments de l'opposition syrienne et l'armée turque entendent établir une pression militaire de manière à assurer le retrait de l'armée turque vers le nord.

La région de Jabali Zawiya est topographiquement en altitude par rapport au reste d'Idleb, c'est donc une région stratégique. Les forces du régime semblent vouloir établir un contrôle pas à pas en s'installant dans cette région et en obtenant une puissance de feu dans les lignes s'étendant au nord d'Idleb.

Encore une fois, le régime entend établir une domination totale sur la ligne logistique M4 et contrôler les routes principales d'Alep à Lattaquié-Tartus sur l'axe est-ouest.

Comme toujours, les civils paient le prix de ces plans ambitieux du régime et de ses alliés. Déjà des dizaines de milliers de civils ont été déplacés vers le nord. Des centaines de milliers de civils supplémentaires pourraient être déplacés par une éventuelle opération militaire globale.

Compte tenu de la crise humanitaire possible, la Turquie essaie d'augmenter sa fortification militaire dans la région et de dissuader militairement le régime et les éléments alliés.

La communauté internationale doit montrer qu'une nouvelle tentative d'opération militaire sera couteuse en faisant pression sur la Russie, notamment les États-Unis. Sinon, un terrain de conflit apparaitra de nouveau en Syrie.

 



SUR LE MEME SUJET