Le conflit Arabie saoudite - Emirats arabes unis (étude)

Etude de Can Acun, chercheur en politique extérieure à SETA

1679045
Le conflit Arabie saoudite - Emirats arabes unis (étude)

La tension entre l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis lors des négociations sur les quotas de production pétrolière des principaux producteurs mondiaux de pétrole, appelés OPEP+, a mis en lumière les problèmes entre les deux pays. Malgré le partenariat stratégique en cours entre les deux pays, le fait qu'ils aient commencé à diverger sur de nombreuses questions, voire même qu’ils se sont querellés, ont engendré d'importantes interrogations sur les équilibres internes du Golfe.

L'organisation ad hoc formée par les membres de l'OPEP et la Russie, appelée OPEP+, essaie de faire en sorte que les prix du pétrole restent à un certain niveau en régulant depuis longtemps l'équilibre offre-demande. Bien qu'il ait été observé que les membres de l’OPEP+ se trouvaient dans un dilemme entre la perte de leur part de marché et la stabilité des prix,- d'autant plus que les producteurs américains de pétrole de schiste augmentaient leur production,- les membres ont réussi à poursuivre cette coopération. Cependant, l'effort des Émirats arabes unis pour dépasser le quota de production qui leur est imposé dans la nouvelle équation, semble avoir sérieusement irrité l'Arabie saoudite. Les accusations mutuelles se sont poursuivies après que le ministre saoudien du Pétrole ait ciblé les Émirats arabes unis d'une manière inhabituelle.

De nombreux analystes affirment que le problème n'est pas seulement les quotas de production de l'OPEP+, mais une tension sérieuse entre les deux pays. Les parties semblent avoir commencé à diverger sur des questions telles que la question palestinienne, le Qatar et le Yémen.

En fait, pendant l'ère Trump, il y avait une coalition des Émirats arabes unis et des Saoudiens sous la direction d'Israël et des sionistes. Les membres de la coalition agissaient ensemble sur toutes les questions stratégiques liées à la région. Mohammed Ben Zayed des Émirats arabes unis et le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane, qui était considéré comme étant sous son influence, se sont également démarqués en tant que dirigeants de cette politique. Cependant, dans cette équation, alors que les intérêts d'Israël et des Émirats arabes unis se formaient devant l'Arabie saoudite, les réactions au sein du Royaume se sont multipliées. De sérieuses divergences ont commencé à se produire, notamment sur les questions palestinienne et yéménite. Alors que la coalition s'effondrait avec la chute du gouvernement Netanyahu à la suite de la perte de pouvoir de Trump, les Saoudiens ont commencé à donner la priorité à leurs propres intérêts.

Alors que la position pro-israélienne sur la question palestinienne a été abandonnée, les relations avec le Qatar se sont normalisées. Toujours au Yémen, les Émirats arabes unis se sont retirés des opérations militaires en cours contre les Houthis. Les Saoudiens ont également accusé les Émirats arabes unis de soutenir le front séparatiste sud. Tous ces développements se sont encore plus montrés après la réunion de l'OPEP+.

Bien sûr, il ne faut pas penser que les deux pays vont entrer dans une grande spirale de conflits et de luttes, mais on peut prévoir que l'Arabie saoudite agira en mettant ses propres intérêts au centre et en prenant des positions différentes sur de nombreuses questions. On peut évaluer que Mohammed Ben Salmane sortira de ce processus très épuisé et il en paiera la facture.

 

 

 

 

 



SUR LE MEME SUJET