ONU : au moins 52 000 Palestiniens déplacés à Gaza à la suite de l'agression israélienne

L'Organisation des Nations unies (ONU) a déclaré qu'au moins 52 000 Palestiniens ont été déplacés en raison des attaques israéliennes actuelles contre Gaza

1641585
ONU : au moins 52 000 Palestiniens déplacés à Gaza à la suite de l'agression israélienne

 

L'Organisation des Nations unies (ONU) a déclaré qu'au moins 52 000 Palestiniens ont été déplacés en raison des attaques israéliennes actuelles contre Gaza, prenant refuge dans des écoles gérées par l'organisation dans la bande de Gaza.

C'est ce qui ressort d'une déclaration de Jens Laerke, porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA), à l’Office de l'Organisation à Genève, au sujet de la situation humanitaire à Gaza et dans les territoires palestiniens occupés.

Laerke a expliqué que le déplacement des civils de Gaza se poursuit, et que le nombre de Palestiniens déplacés a dépassé les 52 000 personnes, selon les derniers chiffres obtenus.

"Au moins 47 000 Palestiniens se sont réfugiés dans 48 écoles gérées par l'ONU", a-t-il déclaré, soulignant que l’alimentation électrique à Gaza a été réduite à une durée allant de six à huit heures par jour, en moyenne.

Laerke a, dans ce sens, mentionné que le point de passage de Kerem Shalom, qui est la seule porte commerciale vers la bande de Gaza, sera ouvert, appelant par la même occasion Israël à ouvrir celui de Beit Hanoun (Erez).

Mardi, le bilan des victimes de l'agression militaire israélienne qui continue contre Gaza depuis une semaine, s'est alourdi à 213 morts, dont 61 enfants et 36 femmes, en plus de 1 442 blessés, tandis que la Cisjordanie a enregistré 23 morts et des centaines de blessés, selon le ministère palestinien de la Santé.

Du côté israélien, 10 colons ont été tués et des centaines d'autres blessés, dans un raid de roquettes lancé par des factions palestiniennes de Gaza vers des zones en Israël.

Depuis le 13 avril dernier, la situation dans les territoires palestiniens a explosé à la suite des attaques brutales commises par la police et les colons israéliens à Jérusalem occupée, en particulier contre la mosquée Al-Aqsa et ses environs, et le quartier Sheikh Jarrah (centre), et ce, à la suite des efforts israéliens pour déposséder 12 familles palestiniennes de leurs maisons au profit de colons israéliens.

 

 

AA



SUR LE MEME SUJET