Corridor terroriste en Syrie (étude)

Etude de Can Acun, chercheur en politique extérieure à SETA

1590669
Corridor terroriste en Syrie (étude)

 

Les yeux se sont tournés de nouveau vers la lutte antiterroriste avec l’opération lancée par la Turquie contre l’organisation terroriste PKK dans la région de Gara, au nord de l’Irak. On s’attend à ce que la Turquie lance de grandes opérations contre le PKK en 2021, aussi bien en Irak qu’en Syrie. L’organisation terroriste PKK est sous pression, en particulier en Turquie et en Irak. Cependant le PYD/YPG, filiale syrienne de l’organisation, continue de représenter une menace pour la Turquie. Il cherche réellement à fonder un Etat terroriste avec le soutien des Etats-Unis.

 

Le PYD/YPG, structure syrienne de l’organisation terroriste PKK, qui a commencé à étendre son champ d’action dans les zones Nord de la Syrie en profitant du chaos qui y règne en raison de la guerre civile, a consolidé dès 2014, ses zones d’influence en constituant des structures administratives au nord-est du pays avec le soutien des Etats-Unis, sous l’aspect de lutte anti-Daesh. Sous le toit des FDS qu’il a fondés en intégrant des notions arabes à l’organisation terroriste, il contrôle les ressources naturelles du pays et ainsi, assure à lui-même un revenu économique durable tout en cherchant à imposer sa supériorité stratégique contre le régime Assad, mais aussi la Russie, la Turquie et l’Iran. Prenant conscience de l’importance d’avoir accès aux ressources naturelles en Syrie pour la continuité de son pouvoir, le régime Assad a tenté diverses démarches militaires et politiques mais celles-ci se sont heurtées aux Etats-Unis et n’ont eu aucun succès. L’organisation terroriste a non seulement assuré un revenu en contrôlant les ressources naturelles, mais elle a aussi été financée directement par les Etats-Unis. Les Etats-Unis ont, d’une part, fait eux-mêmes des aides, et de l’autre, ont assuré une aide financière aux FDS/YPG via l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis.

 

Les FDS/YPG contrôlent actuellement une zone de plus 40.000km2, soit 30% de la Syrie. Parmi les régions contrôlées par les FDS/YPG figurent des terrains agricoles fertiles, des réserves pétrolières, gazières et hydrauliques. 50% des terrains irrigables en Syrie, 70% des ressources énergétiques et 95% du potentiel hydraulique se situent dans la région contrôlée par l’YPG.

Le PYD/YPG qui a commencé à se renforcer sous la protection américaine et s’est emparé du contrôle des ressources économiques importantes du pays, cherche à fonder un Etat terroriste qui serait autonome au début, puis entièrement indépendant. Menant des attentats au véhicule piégé de façon systématique dans les zones contrôlées par la Turquie et tentant de faire plier le peuple dans les régions sous son contrôle par la voie de la violence et de la pression, l’organisation terroriste essaie de rester en vie en préservant si nécessaire, ses engagements vis-à-vis de la Russie et du régime Assad.

 

Ce type d’actions se montre surtout après le lancement de l’opération Source de Paix par la Turquie. Cependant ni « les réalités de la Syrie », ni la Turquie ne permettront la fondation et l’existence d’un Etat terroriste par la filiale syrienne de l’organisation terroriste PKK. Après l’opération Source de Paix, la Turquie continuera de mener d’importantes opérations militaires contre l’organisation tout le long de l’année 2021 aussi bien en Irak qu’en Syrie pour affaiblir l’organisation et réduire son champ d’influence. Les régions comme Tall Rifat, Manbij, Aïn Issa et Tall Tamir qui sont entre les mains de l’organisation, peuvent être ciblées dans ce sens. Par ailleurs la Turquie peut soutenir les clans arabes et la population kurde opprimés par l’organisation pour l’affaiblir. En résumé, on ne permettra pas à l’organisation terroriste PKK et ses filiales de trouver un lieu de survie ni en Turquie, ni même en Syrie et en Irak.

 

 

 

 

 

 

 



SUR LE MEME SUJET