Palestine : vers une " résistance populaire globale " et la fin des divisions

Les dirigeants des factions palestiniennes ont convenu, jeudi, d'activer la "résistance populaire générale" contre Israël et de son renforcement, avec la formation de deux comités, l'un pour conduire cette résistance et l'autre pour élaborer un programme

1484773
Palestine : vers une " résistance populaire globale " et la fin des divisions

 

Les dirigeants des factions palestiniennes ont convenu, jeudi, d'activer la "résistance populaire générale" contre Israël et de son renforcement, avec la formation de deux comités, l'un pour conduire cette résistance et l'autre pour élaborer un programme visant à mettre fin aux divisions internes.

C'est ce qui ressort de la déclaration finale de la réunion, organisée conjointement entre Ramallah et Beyrouth, à laquelle ont participé les mouvements "Hamas" et "Jihad islamique", ainsi que douze factions de l'Organisation de libération de la Palestine.

Selon la déclaration lue par le secrétaire du Comité central du mouvement "Fatah", Jibril Rajoub, les dirigeants des factions ont approuvé l'accord sur "les règles d'engagement et les mécanismes de résistance à l'occupation".

"Nous avons convenu de développer et d'activer la résistance populaire, option plus appropriée pour cette étape, en défense de notre droit légitime à affronter l'occupation", précise la déclaration.

Et d'ajouter : "Nous avons également convenu de former un comité national unifié pour conduire la résistance populaire, qui devra disposer de tous les moyens nécessaires à sa poursuite".

La déclaration ne définit pas la teneur de la "résistance populaire générale", dans la mesure où un désaccord subsiste entre les factions sur les moyens de résister à l'occupation.

Le président Mahmoud Abbas, qui préside la réunion des chefs des factions, a préconisé ce qu'il appelle une "résistance populaire pacifique", laquelle exclut la résistance armée à l'occupation, tandis que d'autres factions comme le "Hamas" et le "Jihad" insistent sur le fait que "la résistance armée est la seule façon de libérer la Palestine".

Dans leur déclaration finale, les leaders palestiniens ont également convenu de "former un comité regroupant des représentants des factions et des personnalités indépendantes, pour élaborer un programme visant à mettre fin aux divisions internes". Ce comité devra présenter son rapport au Conseil central de l'OLP, dont la réunion est prévue dans cinq semaines.

Les dirigeants des factions ont rejeté "tous les projets visant à liquider la cause palestinienne, et toutes les atteintes contre Jérusalem et son caractère sacré".

Au cours de la même réunion, le président Abbas a réaffirmé le caractère indépendant et la souveraineté des choix nationaux et a rejeté toute négociation avec Israël qui aurait le dit "accord du siècle" pour objet.

Il a également appelé les mouvements du "Fatah" et du "Hamas" à "entamer un dialogue pour convenir de mécanismes visant à mettre fin à la division et à s'entendre sur le choix des responsables qui conduiront les actions de la résistance".

Les Palestiniens sont confrontés depuis le début de l'année à de multiples défis, illustrés par le dit "accord du siècle", un plan politique inéquitable à leur égard que les Etats-Unis ont annoncé en janvier dernier.

Ce plan a été suivi par le projet israélien d'annexer près d'un tiers de la Cisjordanie occupée, avant que les EAU et Israël ne conviennent de normaliser officiellement leurs relations le 13 août dernier.

Les territoires de l'Autorité palestinienne (la Cisjordanie et la Bande de Gaza) sont politiquement divisés depuis juin 2007, en raison des fortes divergences entre le "Fatah" et le "Hamas", auxquelles les médiations régionales et internationales n'ont pas réussi à mettre fin.

 

AA



SUR LE MEME SUJET