Saraqeb : 170 mille civils ont dû se déplacer à cause des attaques des forces du régime

Des centaines de milliers civils ont dû quitter leur maison à Saraqeb, dans le sud de la ville syrienne d'Idleb, à cause des attaques des forces du régime

1355644
Saraqeb : 170 mille civils ont dû se déplacer à cause des attaques des forces du régime

 

Des centaines de milliers civils ont dû quitter leur maison à Saraqeb, dans le sud de la ville syrienne d'Idleb, à cause des attaques des forces du régime.

L'équipe de l'Agence Anadolu a filmé par drone la ville, peu avant son occupation par les forces du régime de Bachar al-Assad et des groupes qui les soutiennent.

Les forces du régime et les groupes terroristes étrangers soutenus par l'Iran ont pris le contrôle du centre de Saraqeb, tard dans la nuit de jeudi, avec l'appui des forces russes.

Peu avant la saisie de Saraqeb, l'AA a filmé la ville et a vu que certains bâtiments avaient été endommagés par les bombardements. On voit également dans ces vidéos que Saraqeb est devenue une ville morte, abandonnée.

Les 170 mille habitants civils ont dû fuir Saraqeb et se précipiter vers d'autres régions près de la frontière turque.

Les forces du régime bombardent intensément les zones contrôlées par les opposants militaires et les groupes armés opposés au régime, à Idleb et Alep.

Lors des attaques que le régime a perpétrées hier jeudi avec l'appui de la Russie, 15 civils avaient péri à Alep et à Idleb.

Plus de 1 800 civils ont été tués dans les zones de désescalade à Idleb, depuis l'accord de Sotchi conclu le 17 septembre 2018.

Par ailleurs, 1 677 000 civils ont fui Idleb depuis janvier 2019, à cause des attaques du régime. La plupart d'entre eux se dirigent vers les camps situés près de la frontière turque, d'autres se réfugient dans les zones des opérations militaires turques Bouclier de l'Euphrate et Rameau d'olivier, nettoyées des terroristes par l'armée turque.

Il est prévu qu'environ 1,5 million de civils affluent vers la frontière turque, si les forces du régime avancent dans le centre et les périphéries d'Idleb.

Les forces armées turques poursuivent d'envoyer des renforts supplémentaires à la zone de désescalade d'Idleb.

Le convoi turc, composé de nombreux chars, s'est positionné dans divers points à Idleb.

Situé dans le nord-ouest de la Syrie, Idleb était considéré comme le fort des opposants et des groupes armés opposés au régime, depuis quasiment le début du conflit interne. Les opposants ont saisi le contrôle du centre d'Idleb en 2015, dont la population a atteint 4 millions d'habitants avec les vagues migratoires. Ainsi, c'est la ville la plus intensément bombardée par les forces du régime.

La Turquie, la Russie et l'Iran ont proclamé, lors de la réunion d'Astana tenue les 4 et 5 mai 2017, quatre zones de désescalade.

 

 

 

 

 

 

 

AA



SUR LE MEME SUJET