Irak : 30 manifestants ont été blessés dimanche à Dhi Qar

Lors d'affrontements avec les forces de sécurité à Nasiriyah, quelques heures après que les partisans du leader chiite Muqtada al-Sadr se soient retirés des zones théâtre des manifestation

1347628
Irak : 30 manifestants ont été blessés dimanche à Dhi Qar


 

Une source médicale irakienne a déclaré dimanche que 30 manifestants avaient été blessés lors d'affrontements avec les forces de sécurité, dans le centre de la ville de Nasiriyah, au centre du gouvernorat de Dhi Qar (sud).

"Dimanche, les forces de sécurité ont tenté de disperser de force un sit-in à Nasiriyah et ont utilisé des grenades lacrymogènes, faisant 30 blessés parmi les manifestants", a déclaré à Anadolu une source du département de la santé de Dhi Qar.

"Un certain nombre de blessés ont été transportés à l'hôpital pour traitement", a-t-elle expliqué.

Les forces de sécurité ont intensifié, depuis samedi, leurs actions contre les manifestants à Bagdad, Bassora, Dhi Qar et Diwaniya, quelques heures après le retrait des partisans du leader chiite Muqtada al-Sadr des zones de protestation.

Ces développements interviennent après que le chef du mouvement sadriste, Muqtada al-Sadr, ait annoncé, vendredi soir, le retrait de son soutien au mouvement populaire, en réponse aux chants scandés par des manifestants contre al-Sadr, dans le contexte de sa récente proximité avec les factions chiites proches de l'Iran.

Le mouvement populaire a intensifié ses protestations, depuis lundi, en fermant de nombreuses universités, écoles, institutions gouvernementales et routes principales dans la capitale, Bagdad, et dans les villes du centre et du sud de l'Irak.

Les manifestants ont décidé d’opter pour l'escalade après l'expiration du délai accordé aux autorités pour répondre à leurs demandes, et notamment de choisir une personne indépendante et impartiale pour former le prochain gouvernement, ainsi que de traduire en justice les assassins des manifestants et des militants durant les protestations.

L'Irak connaît, depuis le début du mois d'octobre 2019, des manifestations entrecoupées de violences qui ont fait plus de 600 morts, selon Amnesty International.



SUR LE MEME SUJET