Guterres : Haftar doit accepter les conclusions de la conférence de Berlin

Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres a transmis, mardi, un message clair au général à la retraite Khalifa Haftar, dans lequel il l'a exhorté à “accepter pleinement les conclusions de la conférence de Berlin

1345331
Guterres : Haftar doit accepter les conclusions de la conférence de Berlin

 

Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres a transmis, mardi, un message clair au général à la retraite Khalifa Haftar, dans lequel il l'a exhorté à “accepter pleinement les conclusions de la conférence de Berlin.

C’est ce qui ressort de la déclaration accordée par Guterres aux journalistes au siège des Nations Unies à New York, après la fin d'une session de consultations à huis clos du Conseil de sécurité de l'ONU au sujet du dossier libyen.

En effet, la conférence de Berlin s'est tenue, dimanche, avec la participation de 12 pays, dont les États-Unis et la Turquie, en plus des Nations Unies, de l'Union européenne, de l'Union africaine et de la Ligue arabe, et le Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj et Haftar étaient présents pour trouver une solution politique au conflit libyen.

La déclaration finale de la conférence a appelé à adhérer à la résolution des Nations Unies interdisant les exportations d'armes vers la Libye (n ° 1970 de 2011) et à déployer des efforts internationaux pour renforcer le contrôle de l'embargo sur les armes, ainsi que l’appel aux parties libyennes et à leurs partisans à mettre fin aux actions militaires.

Pour Guterres, son message à Haftar est clair. “Le général à la retraite doit accepter pleinement les conclusions de la conférence de Berlin et faire preuve de leadership dans de telles situations”.

Le Secrétaire général a également souligné la nécessité pour tous les États membres de l'ONU de respecter les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies relatives à l'embargo sur les armes en Libye, notant que "les cinq membres permanents du Conseil (Amérique, Russie, Chine, France et Grande-Bretagne) étaient présents à la conférence de Berlin”.

“Il est important de réaliser que la Conférence de Berlin a été un pas énorme, toutefois, tout cela n'est qu'un début. La trêve a connu certaines violations et nous devons passer du stade du cessez-le-feu vers un véritable processus politique”, a-t-il ajouté.

Il est à rappeler que les forces de Haftar ont lancé, depuis le 4 avril, une offensive, en perte de vitesse, pour prendre le contrôle de Tripoli, faisant échouer les efforts des Nations Unies pour organiser une conférence de dialogue entre les Libyens.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AA



SUR LE MEME SUJET