Le président Erdogan insiste pour un cessez-le-feu au sommet

Le président de la République Recep Tayyip Erdogan a fait savoir qu’une attaque à Idlib en Syrie se solderait par une catastrophe, un massacre et un drame humanitaire

1045425
Le président Erdogan insiste pour un cessez-le-feu au sommet

Le président de la République Recep Tayyip Erdogan a fait savoir qu’une attaque à Idlib en Syrie se solderait par une catastrophe, un massacre et un drame humanitaire.

A la capitale iranienne, le président Recep Tayyip Erdogan, le président russe Vladimir Poutine et le chef d’Etat iranien Hassan Rohani ont réalisé un sommet tripartite.

Le sommet a été marqué par la demande de « cessez-le-feu » du président Erdogan à Idlib.

« Nous ne voulons pas qu’Idlib devienne un bain de sang » a dit M. Erdogan, soulignant que cette ville n’est pas importante seulement pour l’avenir politique de la Syrie mais aussi pour la sécurité nationale de la Turquie et la paix régionale.

Le président turc a fait savoir que le monde entier attendait avec impatience les résultats du sommet, notant croire que les attentes ne seront pas vaines.

Il a indiqué qu’il ne restait plus qu’Idlib comme zone de désescalade.

« L’opposition pense avoir été trompée en raison des développements observés après l’instauration des zones. Nous, la Turquie, voyons que ce processus dans lequel nous avons eu des martyrs et pour lequel nous avons travaillé avec dévouement, est arrivé à un stade très risqué aujourd’hui » a déclaré M. Erdogan.

Le président turc a relevé que dans un lieu comme Idlib où tout est entremêlé, une lutte efficace contre les terroristes demande du temps, de la patience et des méthodes différentes.

« Il y avait, dans l’esprit d’Astana, la volonté de se retrouver autour des exigences de base. Ces exigences consistaient en l’instauration de l’unité politique de la Syrie, la préservation de son intégrité territoriale et une solution politique au différend » a continué le président turc.

Il a dit ne jamais vouloir qu’Idlib devienne un bain de sang, appelant les pays amis à appuyer ces efforts.

« Nous devons trouver une issue raisonnable à Idlib. Nous devons viser à résoudre la question conformément à l’esprit d’Astana. Je vous demande particulièrement de bien vouloir comprendre les sensibilités de la Turquie à ce sujet. Pendant que nous nous focalisons sur Idlib, des faits non-souhaités interviennent dans l’est de l’Euphrate. Nous sommes gênés que les Etats-Unis continuent de renforcer dans cette région une autre organisation terroriste (PKK/PYD) » a déclaré M. Erdogan.

« Nous ne pouvons pas abandonner à la pitié du régime de Béchar al-Assad, dont les massacres contre son propre peuple sont encore vifs dans nos mémoires, la garantie implicite assurée par cette région et notre pays »  a précisé le chef de l’Etat turc.

« Nous devons adopter une approche commune contre tout type de terrorisme en provenance de la Syrie, y compris contre l’organisation terroriste et séparatiste PKK/PYD/YPG, ainsi que contre toute initiative visant l’intégrité territoriale de la Syrie » a-t-il martelé.

« Un cessez-le-feu dans le bombardement à Idlib serait maintenant très profitable. Il y a actuellement une grande peur parmi les civils et une migration a commencé. Ces personnes viennent vers nos frontières. L’établissement d’un cessez-le-feu revêt un très très grande importante » a souligné le président turc Recep Tayyip Erdogan.



SUR LE MEME SUJET