Naplouse: 103 ans après, l'argent confié par un soldat ottoman préservé intact

La somme totale de 152 livres ottomanes, confié par un soldat ottoman, représente aujourd'hui l'équivalent de 140 mille livres turques, soit près de 26 000 euros

1018034
Naplouse: 103 ans après, l'argent confié par un soldat ottoman préservé intact

Une famille de commerçants renommées de Naplouse ont soigneusement préservé l'argent, enveloppé dans un morceau de tissu, que leur avait confié un soldat ottoman lors de la Première Guerre mondiale.

Le soldat en question, affecté sur un autre front en Palestine, avait, au moment de partir, confié toutes ses économies, enveloppées dans un morceau de tissu, à Rustu Bey, un commerçant de Naplouse.

"Si je reviens, je les récupérerai", avait-il déclaré à l'époque.

Depuis ce jour, Rustu Bey et ses petits-enfants ont soigneusement préservé l'argent dissimulé dans le morceau de tissu, confié par le soldat turc au nom inconnu, sans même avoir, une seule fois, pensé à l'ouvrir pour compter la somme qu'il contenait.

Le soldat ottoman n'est jamais revenu en Palestine, mais son bien est préservé comme au premier jour.

La famille commerçante de Naplouse a partagé, pour la première fois, avec le correspondant de l'Agence Anadolu, l'histoire de cette bourse en tissu, qu'elle préserve depuis de longues années.

Le neveu de Rustu Bey, Ragip Hilmi al-Alul, qui actuellement s'occupe de faire tourner le petit commerce familiale de Naplouse, la ville considérée comme "la soeur de Damas", a accepté, devant l'insistance du correspondant d'Anadolu, de compter l'argent contenu dans l'enveloppe de tissu.

Le "butin" laissé par le soldat est composé de 10 billets de 1/2 livre, 117 billets de 1 livre et 5 billets de 5 livres. Des billets imprimés du temps du Sultan Mehmed V (1915), comme le laisse supposer les inscriptions qui se trouvent dessus.

Ainsi, la somme totale de 152 livres ottomanes, contenue dans cette enveloppe, représente aujourd'hui, l'équivalent de 140 mille livres turques, soit près de 26 000 euros.

Après avoir laissé prendre des photos de la "bourse" et de l'argent qu'elle contenait, Ragip Hilmi al-Alul a replacé le tout, soigneusement enveloppé dans le tissu d'origine, dans le coffre fort du magasin.

Ne pouvant dissimuler son émotion à l'idée de partager l'histoire de ce bien laissé par un soldat ottoman, Ragip Hilmi al-Alul a déclaré: "Un des soldats turcs en poste à Naplouse a confié cet argent à mon oncle Rustu Bey lors de la Première Guerre mondiale. 'Je te confie ce bien, je le récupérerai à mon retour de la guerre' lui a-t-il dit. Mais il n'est jamais revenu."

Le soldat en question n'est jamais revenu réclamer son bien et personne ne connait son identité.

"Est-il mort pendant la guerre, a-t-il survécu à la guerre et mort par la suite? On ne le sait pas. Ce qui est sûr, c'est qu'il devait bien connaître mon oncle pour lui avoir confié une telle somme", a-t-il expliqué.

Ragip Hilmi al-Alul, aujourd'hui âgé de 71 ans, a indiqué que de nombreuses personnes viennent encore lui confier des objets ou de l'argent qu'elles récupèrent plus tard, mais que cet argent laissé par le soldat ottoman, est le seul bien préservé dans son commerce depuis plus d'un siècle.

"Son propriétaire n'est pas venu le récupérer, et je ne pense pas qu'il le fasse. Mais nous continuerons à le préserver ici", a-t-il conclu.



SUR LE MEME SUJET