Israël: gouvernement et opposition hostiles à la réconciliation palestinienne

Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, a considéré que «la réconciliation entre Fatah et Hamas rend difficile l’instauration de la paix».

826468
Israël: gouvernement et opposition hostiles à la réconciliation palestinienne

Des dirigeants israéliens du gouvernement et de l’opposition se sont attaqués à l’accord de réconciliation palestinienne, signé entre les Mouvements Fatah et Hamas, jeudi, dans la capitale égyptienne.

Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, a considéré que «la réconciliation entre Fatah et Hamas rend difficile l’instauration de la paix».

Dans un post publié sur Twitter, Netanyahou a indiqué que «la réconciliation constitue une part du problème et non pas une part de la solution, dites 'Oui' à la paix et 'Non' à tendre la main au Hamas».

Dans un communiqué rendu public, dont Anadolu a eu copie, la députée de l’opposition du parti du «Camp Sioniste», Tzipi Livni a souligné que « le nouveau gouvernement palestinien doit répondre aux conditions internationales, soutenues par le monde : reconnaitre l’Etat d’Israël, lutter contre la violence et appliquer les conventions ».

Selon la députée israélienne, « Israël doit se comporter de manière à ce que le monde rejette le modèle du Hezbollah au Liban ».

«Dès maintenant, toute relation israélienne avec Mahmoud Abbas (Président palestinien) est synonyme de collaboration avec Hamas», a assuré le ministre israélien de l’Education, Naftali Bennett, cité par le site d'information "Times of Israël". 

Les Mouvements du Fatah et du Hamas ont officiellement signé, jeudi, l'accord de réconciliation dans la capitale égyptienne.

L'accord prévoit la mise en œuvre de mesures visant à permettre au gouvernement de réconciliation nationale d’exercer ses fonctions et d’assumer entièrement les responsabilités qui sont les siennes dans la gestion des affaires de la Bande de Gaza et en Cisjordanie, dans un délai maximum, fixé au premier décembre, tout en s'employant à éliminer toutes les entraves, résultant de la division.

L’accord a de même inclus un appel lancé par le Caire à toutes les factions palestiniennes, ayant signé l'accord de réconciliation nationale, en date du 4 mai 2011, pour tenir une réunion ultérieure, le 21 novembre prochain, sans en préciser l'ordre du jour.

AA



SUR LE MEME SUJET