Quelle est la raison de l’allergie des Emirats arabes unis à la Turquie ?

Etude de Cemil Dogac Ipek, chercheur en Relations internationales à l’université Ataturk.

774217
Quelle est la raison de l’allergie des Emirats arabes unis à la Turquie ?

La tension entre les Emirats arabes unis et la Turquie commence nettement à être visible. Nous allons cette semaine, analyser cette tension entre les deux Etats et ses retombées dans la région.

          Les Emirats arabes unis se placent au 6e rang mondial quant aux richesses pétrolières. Ce pays situé à l’ouest de la péninsule arabique a comme voisin l’Oman à l’est et l’Arabie saoudite au sud. Il partage une frontière avec le Qatar à l’ouest et une frontière maritime avec l’Iran au nord. Les Emirats arabes unis ont été créés en 1971 par l’union de 7 émirats à savoir ceux d’Abu Dhabi, Dubaï, Sharjah, Fujairaj, Umm Al-Wuwain et Ajman. Les Emirats arabes unis forment une fédération composée de ces sept émirats. L’émirat d’Abu Dhabi détient à lui seul environ 90% des territoires et réserves pétrolières des Emirats arabes unis. Dubaï est le deuxième plus grand émirat.

          Les Emirats étaient dernièrement à l’actualité en raison de l’embargo appliqué contre le Qatar. Le problème que ce pays connait depuis longtemps avec la Turquie n’est pas un mystère. Il y a peu, le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a même réalisé une visite aux Emirats arabes unis. La visite a fait naitre un espoir sur l’élimination des désaccords. Mais ça n’a pas été le cas. Jusqu’au coup d’Etat en Egypte, les Emirats semblaient être un bon partenaire politique et commercial pour la Turquie. Mais les choses ont commencé à changer après le coup d’Etat en Egypte.

          Pendant le coup d’Etat réalisé en 2013 en Egypte ; la Turquie et le Qatar d’une part et le bloc d’Arabie dans lequel figuraient les Emirats de l’autre, ont chacun choisi une puissance différente. Alors que la Turquie et le Qatar ont soutenu Morsi démocratiquement élu, l’autre bloc a apporté son soutien financier et spirituel à Sissi.  

          La Turquie et le Qatar ont essayé de défendre les droits du gouvernement démocratiquement élu en Egypte. Les Emirats et leur allié ont quant à eux, apporté le soutien économique dont Sissi avait besoin. Ainsi, les Emirats sont passés dans l’histoire de l’Egypte par des manœuvres politiques surprises. Ils avaient cependant le soutien de l’Arabie saoudite et d’autres pays du Golfe.

          Les Emirats considèrent la Turquie comme un obstacle pour les efforts de modelage de la région. Ils sont en compétition avec la Turquie dans plusieurs régions allant des Balkans à la Somalie. Ils font usage de leur force économique en Somalie non pas pour reconstruire ce pays comme le fait la Turquie, mais pour mettre en place des plateformes politiques anti-Turquie. Dernièrement, ce pays a tourné les yeux sur la base turque à Doha en prétextant l’embargo au Qatar. Il y a peu, des articles parus dans la presse internationale faisaient état d’un soutien financier des Emirats arabes unis à la tentative de coup d’Etat du 15 juillet en Turquie. Ce sujet occupe aussi l’actualité turque depuis environ un an.

          Les pays du Golfe dont principalement ceux de la péninsule arabique, ont un problème iranien concernant tant la population chiite que la sécurité nucléaire. Les relations que l’Iran essaie de développer avec la Turquie et le Qatar renforcent ces préoccupations. Le Qatar se dresse comme un problème à part entière pour les pays du Golfe. Le Qatar a maintenant des relations de plus en plus étroites avec la Turquie et l’Iran. En outre il soutient aussi les Frères musulmans en Egypte. Tous ces faits préoccupent et font réfléchir les Emirats arabes unis. Ce dernier pense que le Qatar et la Turquie agissent ensemble à ce sujet.  

          Cette profonde allergie des Emirats arabes unis envers la Turquie doit aussi être étudiée du point de vue des relations d’Ankara avec Téhéran. Les Emirats sont très fortement dérangés par l’Iran et ceux qui travaillent avec elle. C’est pourquoi on peut ressentir chez les Emirats arabes unis, une approche qui stipule que « l’ennemi de mon ennemi est mon ami ». En outre, l’attribution d’une base à la Turquie sur le territoire qatari préoccupe largement les Emirats dans cette large perspective. Bien évidemment c’est le temps et les faits qui vont définir combien de temps ces approches vont perdurer. Il est difficile d’instaurer la paix au Moyen-Orient sans stopper cette agressivité des Emirats. Cette agressivité touche négativement tous les acteurs y compris l’Arabie saoudite. C’est pourquoi, le problème des Emirats doit être résolu conjointement par les pays raisonnables du Moyen-Orient.

          La raison de l’allergie des Emirats arabes unis est plus ou moins comme ceci. Toutefois, c’est seulement ce pays qui peut donner une réponse entière à cette question : « Quelle est la raison de l’allergie des Emirats arabes unis à la Turquie ? »



SUR LE MEME SUJET