Affaire des sous-marins : selon Macron, le Premier ministre australien ment

Macron a déclaré qu'ils étaient en négociations avec les autorités australiennes et que la situation deviendrait plus claire avec le temps.

1727671
Affaire des sous-marins : selon Macron, le Premier ministre australien ment

Le président français Emmanuel Macron a affirmé que le Premier ministre australien Scott Morrison, qui avait annoncé les avoir informés à l'avance de l'annulation de l'accord sur les sous-marins, avait menti.

Macron a répondu aux questions concernant la crise des sous-marins entre l'Australie et la France lors du sommet des dirigeants du G20 qui s'est tenu à Rome, la capitale de l'Italie.

A la question d’un journaliste sur un éventuel mensonge ou non de Scott Morrison à ce sujet, le président français a dit « je ne pense pas, je sais ».

Macron a déclaré qu'ils étaient en négociations avec les autorités australiennes et que la situation deviendrait plus claire avec le temps.

Précisant respecter l'Australie et son peuple, Macron a souligné que ce respect devrait être mutuel.

Poursuivant ses contacts lors du sommet des dirigeants du G20 qui s'est tenu à Rome, la capitale de l'Italie, Morrison a répondu de son côté aux accusations portées contre lui par Macron.

Morrison a rejeté les accusations et déclaré qu'il avait clairement soulevé la question lors du dîner au palais de l'Élysée à Paris, en France, en juin.

« J'ai dit que les sous-marins conventionnels ne répondraient pas à nos intérêts stratégiques. J'ai été très clair sur ce point, nous avons dîné avec [Macron]. » a fait savoir le Premier ministre australien.

Il a relevé que les retards dans l'accord de construction de sous-marins avec la France les ont amenés à rechercher des alternatives

« Les intérêts de défense de l'Australie devaient passer en premier. Ces sous-marins n'étaient pas ceux dont l'Australie avait besoin. Je ne voulais pas que l'Australie se contente de moins et nous avons toujours eu le désir d'avoir un sous-marin à propulsion nucléaire » a ajouté Morrison.

Le nouvel accord de partenariat, baptisé « AUKUS », (Australie, Royaume-Uni, Etats-Unis), a mis fin au projet de sous-marin français de 90 milliards de dollars signé par le gouvernement australien avec la société française en 2016, prévoyant la construction de 12 sous-marins.

L'annulation de l'accord a provoqué une crise entre la France et l'Australie, et la France a rappelé ses ambassadeurs de Canberra et de Washington en réponse.

Morrison avait déclaré qu'ils avaient informé la France à l'avance de l'annulation de l'accord.

 

 

 



SUR LE MEME SUJET