L'Onu a reçu des preuves solides que la Grèce a refoulé les demandeurs d'asile vers la Turquie

Les Nations Unies (ONU) ont récemment reçu des preuves solides que la Grèce a commis des violations des droits de l'homme telles que "refouler les demandeurs d'asile vers la Turquie", a-t-on rapporté.

1718528
L'Onu a reçu des preuves solides que la Grèce a refoulé les demandeurs d'asile vers la Turquie

 

Les Nations Unies (ONU) ont récemment reçu des preuves solides que la Grèce a commis des violations des droits de l'homme telles que "refouler les demandeurs d'asile vers la Turquie", a-t-on rapporté.

La porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH), Marta Hurtado, a tenu une conférence de presse au bureau des Nations Unies à Genève, en Suisse.

"Nous obtenons également des preuves solides de refoulements en Grèce", a affirmé Hurtado en réponse à la question d'un journaliste de l'agence de presse Anadolu (AA) demandant pourquoi le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme n'avait pas fait de déclaration concernant le refoulement des demandeurs d'asile aux frontières de l'UE, en particulier en Grèce".

"Cela ne devrait pas arriver. Chaque personne, chaque migrant qui essaie de traverser les frontières internationales a le droit d'être évalué individuellement. Nous sommes actuellement en pourparlers avec l'UE sur cette question. Nous sommes actifs sur cette question", a-t-elle assuré.

Notant qu'au cours des derniers mois, ils ont essayé de confirmer les preuves que la Grèce « repousse » les demandeurs d'asile, Hurtado a ajouté qu'ils suivaient également ce que l'UE devrait faire pour arrêter les refoulements à ses frontières extérieures.

Adelbert Jahnz, porte-parole de la Commission européenne, a affirmé le 7 octobre que les images et les informations faisant état de violents refoulements aux frontières extérieures de l'UE étaient "très inquiétantes".

La commissaire européenne aux affaires intérieures, Ylva Johansson, a également appelé la Grèce à enquêter sur les informations faisant état de refoulements illégaux, dans une déclaration le 8 octobre.

La Grèce est récemment passée au premier plan avec des violations des droits de l'homme telles que le « refoulement » de bateaux de réfugiés vers la Turquie dans la mer Égée, la détention illégale et la violence contre les immigrés.

De nombreux médias internationaux ont publié de nombreux reportages selon lesquels l'agence de protection des frontières de l'UE, Frontex, a également joué un rôle dans les violations.



SUR LE MEME SUJET