Le Conseil d’Etat valide la dissolution du CCIF (Collectif contre l’Islamophobie en France)

Le conseil d’Etat a définitivement validé la dissolution du CCIF (Collectif contre l’Islamophobie en France), a annoncé vendredi le liquidateur de l’association, dans un communiqué

1710358
Le Conseil d’Etat valide la dissolution du CCIF (Collectif contre l’Islamophobie en France)

 

Le conseil d’Etat a définitivement validé la dissolution du CCIF (Collectif contre l’Islamophobie en France), a annoncé vendredi le liquidateur de l’association, dans un communiqué.

Ce dernier dénonce une décision qui « tant par sa cible que ses motifs, marque un tournant majeur dans l’institutionnalisation de l’arbitraire répressif en France ».

Dans son écrit, le liquidateur exprime son « inquiétude à l’égard d’une décision ouvrant la voie vers le délit d’opinion ».

« Le seul et principal grief à retenir contre le CCIF, est sa définition de l’islamophobie (notamment institutionnelle) », poursuit le communiqué qui précise par ailleurs que « tous les autres griefs reprochés par le ministère de l’Intérieur (…), ont été balayés ».

Enfin, pour justifier sa décision, le Conseil d’Etat a estimé que l’action du CCIF « constituerait en soi de l’incitation à la haine, qui dépasserait le cadre de la protection de la liberté d’expression ».

« Tant la forme que le fond et la portée de cette décision, doivent alerter tout membre de la société civile attaché à l’Etat de droit » assure le liquidateur de l’association qui souligne enfin qu’en « 17 ans d’existence, le CCIF n’a jamais été condamné ni poursuivi ».

Pour rappel, cette dissolution, était intervenue alors que le gouvernement français annonçait une batterie de mesures en réponse à l’attentat qui a coûté la vie à Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine le 16 octobre dernier.

Le gouvernement avait ouvertement déclaré que le CCIF était un « ennemi de la République ».

De nombreuses personnalités, associations de défense des droits humains, avocats ou encore magistrats, avaient dénoncé une intimidation claire des autorités, visant à criminaliser les associations musulmanes et celles œuvrant contre l’islamophobie.

 

 

 

AA



SUR LE MEME SUJET