France: la ministre des Armées, Florence Parly, huée au Sénat

Parly a été huée alors qu'elle faisait une déclaration au Sénat sur la crise provoquée par l'annulation par l'Australie de l'accord sur les sous-marins avec Paris et son accord avec les États-Unis (US) et la Grande-Bretagne.

1709697
France: la ministre des Armées, Florence Parly, huée au Sénat

 

La ministre française de la Défense Florence Parly a été huée alors qu'elle faisait une déclaration au Sénat sur la crise provoquée par l'annulation par l'Australie de l'accord sur les sous-marins avec Paris et son accord avec les États-Unis (US) et la Grande-Bretagne.

Florence Parly qui intervenait au Sénat sur la crise diplomatique provoquée par l'annulation de l'accord sur les sous-marins, a fait valoir que l'Australie avait cassé la confiance de la France et que cette situation n’était pas prévisible.  

« Nous ne pouvons pas écrire l'histoire à l'envers, autrement nous nous mettrons à la place des juges ou procureurs. Mais je vois que c’est ce que le Sénat souhaite » a-t-elle déclaré.

Les sénateurs, qui ont hué Parly, ont réagi en tapant sur les bancs.

La ministre française des Armées n'a pu continuer son discours qu'après l'intervention du président du Sénat.

Arguant que la position de l'Australie montre qu'il n'y a pas de dialogue politique au sein de l'OTAN, Parly a également estimé que cela ne nécessite pas de quitter l'OTAN, mais que l'OTAN détermine un nouveau concept stratégique.

Le président Emmanuel Macron a critiqué l'OTAN en novembre 2019, la qualifiant d'organisation en état de « mort cérébrale ».

À la suite de l'accord AUKUS signé par l'Australie, les États-Unis et le Royaume-Uni le 16 septembre, le contrat de 90 milliards de dollars australiens (66 milliards de dollars) avec le groupe naval français pour la construction de 12 sous-marins diesel-électrique conventionnels avait été annulé.

Décrivant l'annulation de l'accord de « trahison », le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a dénoncé un « coup dans le dos ».  

Le Drian a annoncé que sur ordre du président français Emmanuel Macron, les ambassadeurs de France à Canberra et à Washington ont été rappelés d’urgence pour des consultations.



SUR LE MEME SUJET