Crise des réfugiés: "L'Europe a perdu sa boussole morale" (The Guardian)

L'Europe est critiquée d’avoir perdu sa boussole morale à cause de son attitude envers les réfugiés.

1684665
Crise des réfugiés: "L'Europe a perdu sa boussole morale" (The Guardian)

 

L'Europe est critiquée d’avoir perdu sa boussole morale à cause de son attitude envers les réfugiés.

Le journal britannique The Guardian a publié un article critiquant l'attitude de l'Europe envers les demandeurs d'asile et les mesures prises.

Décrivant l'Europe comme « un continent qui a perdu sa boussole morale », le journal estime que « l'approche de plus en plus brutale contre la migration irrégulière trahit l'esprit de la convention des Nations Unies (ONU) sur les réfugiés de 1951 ».

Rappelant que près d'un millier de migrants sont morts en tentant de traverser la Méditerranée jusqu'à présent cette année, et que ce chiffre est plus de quatre fois plus élevé qu’à la même période de 2020, le journal souligne que les migrants sont dissuadés par la stratégie de persécution.

The Guardian a aussi durement critiqué la politique migratoire de la Grèce, rappelant que ce pays a déployé des bombes assourdissantes à la frontière turque pour chasser les immigrés.

Rappelant les nombreuses déclarations en Grèce et d’autre part dans le monde selon lesquelles les demandes d'asile de réfugiés ont été expulsées sans avoir été entendues, le journal a écrit que de tels refoulement sont contraires à la convention de l'ONU de 1951.

En Europe du Nord, le gouvernement danois a adopté une loi permettant aux demandeurs d'asile d'être réinstallés à des milliers de kilomètres et leurs demandes traitées dans un pays tiers.

Selon le journal, le gouvernement social-démocrate du Danemark tente de renvoyer de force des centaines de réfugiés en Syrie.

« L'Europe tombe impitoyablement et de manière contraire à l'éthique dans une stratégie cruelle de ‘forteresse’ basée sur la force brute et la dissuasion. Mais les réfugiés ne représentent que 0,6 % de la population de l'Union européenne (UE). Il est possible d'offrir une approche humaine à ce problème complexe par un leadership efficace et un esprit d'unité entre les pays » estime The Guardian.



SUR LE MEME SUJET