France : polémiques autour du port du voile par la présidente de bureau de vote

Comme prétexte à sa décision, la préfecture  a affirmé qu’un président de bureau de vote doit obéir à la neutralité en tant que représentant de l’État français.

1663232
France : polémiques autour du port du voile par la présidente de bureau de vote

Le fait que certaines assesseures de vote soient voilées lors du premier tour des élections régionales le 20 juin, a suscité une polémique en France.

Rachida Kabbouri, conseillère municipale EELV à Vitry-sur-Seine, s’est portée volontaire pour assurer la présidence d’un bureau de vote local.

En raison des plaintes adressées à la préfecture du Val-de-Marne concernant son voile, sa fonction a été changée en assesseure.

Comme prétexte à sa décision, la préfecture  a affirmé qu’un président de bureau de vote doit obéir à la neutralité en tant que représentant de l’État français.

Dans un reportage accordé au Parisien, Kabbouri a dit ressentir de l’injustice et de l’exclusion au point d’en avoir les larmes aux yeux.

Elle a indiqué avoir été insultée « d’islamiste » par une femme alors qu’elle assurait sa fonction au bureau de vote.

Entre-temps, Jordan Bardella, candidat du Rassemblement national (RN) en Île-de-France, a été reçue par une assesseure voilée au bureau de vote à Saint-Denis au premier tour des élections. L’image a été rapidement partagée sur les réseaux sociaux.

Dans un tweet, le maire de Saint-Denir Mathieu Hanotin a estimé que les assesseurs peuvent porter un vêtement ou un signe montrant leur appartenance religieuse, dont le voile.

Selon Hanotin, le principe de neutralité dans un bureau de vote signifie une neutralité politique et non religieuse.

« Ce qui n’a pas sa place dans notre démocratie, ça n’est pas qu’une femme qui porte le voile participe à la bonne tenue des élections mais plutôt ce discours insupportable qui consiste à brandir le drapeau de la laïcité pour mieux stigmatiser une religion ou une autre » a déclaré le maire en réponse à ceux qui jugeaient illégal ou scandaleux qu’une assesseure porte le voile.

 

 



SUR LE MEME SUJET