France : adoption de la loi sur la programmation militaire à l’Assemblée nationale

Jean Castex a assuré que « la loi de Programmation Militaire porte une ambition claire : permettre à la France de retrouver un modèle d’armée complet et équilibré, à la hauteur des enjeux stratégiques d’aujourd’hui et de demain »

1663406
France : adoption de la loi sur la programmation militaire à l’Assemblée nationale

La loi relative à la programmation militaire jusqu’en 2025, a été adoptée mardi soir en première lecture par l’Assemblée nationale française, avec 345 députés qui se sont prononcés pour, 52 contre et 83 abstentions.

Après le retrait annoncé de l’opération Barkhane au Sahel, la très attendue loi sur la programmation militaire est arrivée devant le parlement, pourtant sans l’actualisation promise, suscitant de grandes crispations notamment dans les rangs des sénateurs.

Ces derniers fustigent le rétropédalage de l’exécutif en la matière.

« Le débat s’engage de manière assez difficile », a indiqué le président (LR) de la Commission des affaires étrangères de la défense et des forces armées, Christian Cambon, cité par Public Sénat, et pour qui l’actualisation de la loi était un point d’étape essentiel.

Pour justifier son choix, la ministre des armées Florence Parly, a expliqué au Palais Bourbon, que la crise sanitaire n’a pas permis de proposer de nouveau texte.

Devant les députés, mardi soir, le Premier ministre Jean Castex a souligné que cette loi, qui régit la programmation militaire jusqu’en 2025, va notamment permettre aux services de renseignements de voir « leurs effectifs augmenter » grâce à « 25% de créations de postes ».

Durant son allocution, Jean Castex a assuré que « la loi de Programmation Militaire porte une ambition claire : permettre à la France de retrouver un modèle d’armée complet et équilibré, à la hauteur des enjeux stratégiques d’aujourd’hui et de demain ».

« Le second objectif était de préparer l’avenir, c’est-à-dire d’anticiper, de moderniser et d’innover, pour permettre à nos forces de disposer de matériels au meilleur niveau technologique et en nombre suffisant, pour leur permettre aussi de faire faire face à des menaces nouvelles » a également déclaré le Premier Ministre à la tribune.

S’agissant du retrait de Barkhane, le chef du gouvernement a rappelé que la France continuera « à y lutter contre les groupes terroristes et accompagnera (ses) partenaires avec la force européenne Takuba ».

« Le gouvernement proposera au Parlement un débat spécifique sur le sujet » a-t-il annoncé.

Selon Jean Castex, après l’adoption de cette loi, et depuis le début du quinquennat, le budget des armées aura été augmenté de 25% et dépassera 40 milliards d’euros en 2022 contre 30 milliards entre 2007 et 2015.

AA



SUR LE MEME SUJET