Espagne : Pedro Sanchez annonce la grâce pour les leaders catalans emprisonnés

Des militants indépendantistes catalans ont protesté à Barcelone et chahuté le Premier Ministre espagnol pendant son discours au "Gran Teatre del Liceu" dans la capitale catalane

1662223
Espagne : Pedro Sanchez annonce la grâce pour les leaders catalans emprisonnés

 

Le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, a annoncé, lundi, qu'il allait proposer la grâce pour neuf leaders séparatistes catalans emprisonnés.

Prenant la parole devant un auditoire au "Gran Teatre del Liceu" à Barcelone, Pedro Sanchez a déclaré qu'il soumettrait sa proposition à une réunion du cabinet mardi, qui devrait l'adopter.

La grâce devrait concerner les hommes politiques et les militants catalans qui sont à l'origine de la tentative avortée de sécession de 2017 et du référendum illégal. Ils ont été condamnés à des peines allant jusqu'à 13 ans de prison.

"S'il est un moment pour s'unir, c'est bien maintenant. C'est là que nous devrions commencer le voyage vers une vie commune empreinte d'harmonie et de normalité", a-t-il déclaré, ajoutant : "Le contexte de la pandémie nous a changés. Nous réalisons que ce qui est vraiment important, c'est la vie. Nous avons réalisé à quel point nous avons besoin les uns des autres."

Son annonce n'a cependant pas suffi à satisfaire tous les militants séparatistes catalans. Des centaines de personnes ont manifesté à Barcelone, affirmant que les grâces ne sont pas suffisantes. Ils réclament l'amnistie pour les leaders politiques, y compris ceux qui ont fui le pays, ainsi que la tenue d'un référendum sur l'indépendance.

Plusieurs dirigeants catalans importants, dont l'actuel président Pere Aragones, ont refusé d'assister au discours de Sanchez, qui a vu son intervention chahutée par des militants séparatistes.

La grâce est également impopulaire en dehors des cercles indépendantistes. Selon un sondage réalisé pour le journal El Mundo, 61 % des Espagnols sont opposés au pardon des leaders indépendantistes catalans.

Sanchez a toutefois insisté sur le fait que cette mesure offrirait un nouveau départ à l'Espagne et à la Catalogne après des années de tension. Il a également défendu la légalité de cette mesure de grâce.

"C'est un nouveau projet pour l'Espagne, un nouvel espace libéré des erreurs du passé. Nous devons cesser de chercher à nous diviser les uns les autres, je suis convaincu que cela correspond à un vaste consensus au sein du peuple catalan et espagnol", a affirmé Pedro Sanchez.

Le Premier Ministre espagnol n'a fait aucune allusion à la possibilité de proposer un référendum sur l'indépendance ou de modifier la Constitution pour l'autoriser.

"Je ne peux pas concevoir l'Espagne sans la Catalogne, ni la Catalogne sans l'Espagne", a-t-il déclaré.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AA



SUR LE MEME SUJET