La France transforme sa présence au Sahel mais veut y rester (Le Drian)

La France transforme son « action au Sahel » mais « reste dans le combat contre le terrorisme » sous une autre forme, a indiqué le ministre de l’Europe et des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian

1660753
La France transforme sa présence au Sahel mais veut y rester (Le Drian)

 

La France transforme son « action au Sahel » mais « reste dans le combat contre le terrorisme » sous une autre forme, a indiqué le ministre de l’Europe et des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian au cours d’une interview télévisée donnée ce vendredi matin.

« Nous estimons qu’il faut bouger notre modèle » a-t-il plaidé.

Le chef de la diplomatie, qui s’exprimait quelques jours après l’annonce par le président français Emmanuel Macron, de la fin de l’opération Barkhane au Sahel, veut agir « en sahelisant davantage, en européanisant davantage et en internationalisant davantage ».

Il explique que le combat contre le terrorisme doit désormais s’articuler « différemment » parce que « la menace est différente ».

Le Drian considère qu’il faut « renforcer la dynamique antiterroriste de l’action militaire dans le cadre de ce qu’on appelle l’opération Takuba avec les européens ».

Selon lui, ce nouveau modèle d’engagement représente « moins d’ancrage mais plus de muscles ».

Après le retrait des effectifs de Barkhane « il y aura moins de soldats français mais plus de soldats européens » a-t-il poursuivi.

Il rappelle par ailleurs que « la coalition pour le Sahel regroupe 60 partenaires dont le Japon, les Etats-Unis ou les Émirats Arabes Unis ».

Le chef de la diplomatie assure que la fin de Barkhane permet la mise en place « d’un nouveau modèle qui a pour objectif essentiel de lutter contre le terrorisme et d’accompagner les forces de ces pays-là à se structurer, à se moderniser, à se muscler et à être plus performantes dans le cadre de la force conjointe du Sahel ».

Pour rappel, la France déploie toujours actuellement 5 100 effectifs militaires au Sahel dans le cadre de l’opération Barkhane.

Le calendrier de retrait de ces militaires doit être précisé par les autorités dans les prochaines semaines.

 

 

AA



SUR LE MEME SUJET