La France reconnaît l’assassinat de l’avocat Ali Boumendjel, symbole de la résistance algérienne

"Au cœur de la Bataille d’Alger, Boumendjel fut arrêté par l’armée française, placé au secret, torturé, puis assassiné le 23 mars 1957."

1594114
La France reconnaît l’assassinat de l’avocat Ali Boumendjel, symbole de la résistance algérienne

 

La France a reconnu que l’avocat Ali Boumendjel, symbole de la résistance algérienne, a été torturé et assassiné par l’armée française lors de la Guerre d’Indépendance de l’Algérie en 1957.

Dans un communiqué publié par l’Elysée, le président français Emmanuel Macron a dit avoir pris cette décision en tenant compte de la recommandation faite dans le rapport présenté le 20 janvier par l’historien Benjamin Stora concernant l’histoire coloniale de la France et la Guerre d’Algérie.

Recevant mardi au Palais de l’Elysée, quatre des petits-enfants d’Ali Boumendjel, Macron a reconnu « au nom de la France », ce que Malika Boumendjel aurait voulu entendre : « Ali Boumendjel ne s’est pas suicidé. Il a été torturé puis assassiné. »

« Au cœur de la Bataille d’Alger, Boumendjel fut arrêté par l’armée française, placé au secret, torturé, puis assassiné le 23 mars 1957. Paul Aussaresses avoua lui-même avoir ordonné à l’un de ses subordonnés de le tuer et de maquiller le crime en suicide » précise le communiqué.

Dossier de colonisation entre les deux pays

Macron avait confié́ à l’historien Benjamin Stora la mission de rédiger un rapport sur la colonisation de l’Algérie par la France qui a duré de 1830 à 1966.

Ce rapport publié le 20 janvier a porté de nouveau à l’actualité les débats entre les deux pays au sujet de la colonisation.

Selon ce rapport, la France a réalisé 17 essais nucléaires sur les terres algériennes. Par ailleurs, les mines et explosifs posés sur ces terres par les forces françaises ont tué des milliers d’Algériens.

L’Algérie qui représente un des exemples les plus récents et sanglants de l’histoire coloniale française en Afrique, a lancé sa lutte pour l’indépendance en 1954.

C’est un des pays qui a payé le plus lourd tribut pour cela avec une lutte de 8 ans. Les grandes souffrances vécues durant cette période sur ces terres se sont inscrites dans l’histoire comme « une tâche noire » de la France en Afrique.

Près de 1,5 million d’Algériens ont perdu la vie durant cette guerre inhumaine, tandis que des millions ont été contraints de se déplacer.

 



SUR LE MEME SUJET