La ‘Charte des principes de l’Islam de France’ suscite la réaction de certaines ONG musulmanes

En France la ‘Charte des principes de l’Islam de France’ élaborée avec le soutien du gouvernement, a suscité la réaction de certaines organisations non gouvernementales musulmanes.

1568601
La ‘Charte des principes de l’Islam de France’ suscite la réaction de certaines ONG musulmanes

 

En France la ‘Charte des principes de l’Islam de France’ élaborée avec le soutien du gouvernement, a suscité la réaction de certaines organisations non gouvernementales musulmanes.

Le communiqué rappelle que « CCMTF, CIMG et Foi & Pratique, en tant que fédérations composantes du CFCM (Le Conseil français du culte musulman) sont impliquées très activement depuis le début du processus de formation du Conseil National des Imams (CNI) ainsi que dans l’élaboration de sa charte ».

Un communiqué conjoint publié par le Comité de coordination des Musulmans Turcs de France (CCMTF), de la Confédération Islamique Millî Görüş (CIMG) et de la fédération «Foi & Pratique», note qu’ils « regrettent que cette charte ait été signée d’une part avant d’avoir obtenu l’approbation de toutes les composantes du CFCM - conformément au principe de consensus qui a été respecté au sein de cette institution jusqu’à aujourd’hui - d’autre part sans aucune consultation des imams en service dans le pays et qui sont les premiers concernés,

Le communiqué précise qu’ils étaient d'accord avec les questions selon lesquelles “Les pays étrangers ne doivent pas interférer avec la pratique de la religion en France”, “La religion ne doit pas être instrumentalisée” et “Le respect de la constitution et des principes de la France”.

“Cependant, certaines déclarations du texte peuvent affaiblir le lien de confiance entre les musulmans de France et la société. En outre, certaines déclarations qui figurent dans le texte portent atteinte à la dignité des musulmans. Elles accusent et marginalisent les musulmans”, poursuit le texte.

Le communiqué note que la légitimité du Conseil national des imams (CNI) qui sera formé, dépend de son acceptation par la communauté musulmane.

Soulignant qu’il est important de créer la CNI afin de mieux expliquer l'islam et de contribuer à la cohésion sociale, le communiqué précise que les imams qui parlent français sont au bénéfice de la communauté musulmane.

La Mosquée de Paris, l'Union des Musulmans de France (RMF), les Musulmans de France (MF), l'Union des Mosquées de France (UMF) et la Fédération des Associations Islamiques d'Afrique, des Comores et des Antilles avaient signé la charte en présentant ladite charte à Macron le 18 janvier.

La CCMTF, la CIMG et la fédération «Foi & Pratique» n'ont pas signé le statut.



SUR LE MEME SUJET