France/ Attentats de janvier 2015 : Des peines allant de quatre ans à la perpétuité pour les accusés

Les trois terroristes se réclamaient d’Al-Qaïda dans la péninsule arabique. S’ils sont donc aujourd’hui décédés, le tribunal s’est attaché à déterminer les responsabilités des condamnés qui leur ont fourni une aide logistique ou un soutien.

1547041
France/ Attentats de janvier 2015 : Des peines allant de quatre ans à la perpétuité pour les accusés

 

La Cour d’Assises spéciale de Paris a prononcé mercredi des peines allant de quatre ans de prison à la perpétuité dans le cadre du procès des attentats de Charlie Hebdo, de Montrouge et de l’Hyper Casher, a-t-on appris de sources concordantes.

Au total, dix-sept personnes avaient été exécutées en janvier 2015 à Paris, plongeant la France dans l’effroi.

La peine la plus lourde a été prononcée à l’encontre de Mohamed Belhoucine, jugé par défaut, et condamné à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une peine de sûreté de 22 ans.

La veuve du terroriste Amédy Coulibaly, Hayat Boumedienne, en fuite en Syrie depuis 2015 a pour sa part écopé de 30 ans de prison assortis d’une peine de sûreté des deux tiers.

La Cour a en revanche acté l’extinction de l’action publique concernant l’accusé Mehdi Belhoucine, présumé mort en Syrie.

S’agissant des onze prévenus présents au procès, le tribunal a condamné Ali Riza Polat à 30 années de réclusion criminelle, Amar Ramdani à 20 ans de prison, Nezar Mickaël Pastor Alwatik à 18 années de prison, et Willy Prévost a 13 ans de réclusion.

Abdelaziz Abbad, a de son côté écopé de 10 ans, Metin Karasular, Mohamed Farès et Saïd Makhlouf, 8 ans, Miguel Martinez, 7 ans, et Michel Catino et Miguel Martinez respectivement 5 et 4 ans de prison.

C’est un procès historique et très attendu qui s’est clôturé ce mercredi à Paris et qui visait à établir les responsabilités de chacun des accusés dans les terribles attentats qui avaient secoué la France en janvier 2015, faisant au total 17 morts.

Si les trois terroristes sont décédés, le banc des accusés a accueilli les onze complices dont la plupart comparaissaient détenus.

Trois des condamnés ont été jugés alors qu’ils sont en fuite en Syrie ou présumés, ce qui porte à 14 le nombre total d’accusés, jugés dans ce procès hors norme.

Ce sont pas moins de 200 parties civiles, 114 témoins, et 94 avocats qui ont pris part aux débats.

Le 7 janvier 2015, les deux frères terroristes Saïd et Chérif Kouachi pénétrait dans les locaux de la rédaction du journal satirique Charlie Hebdo dans le 11ème arrondissement de Paris pour y mettre à exécution leur entreprise sanguinaire.

Ils abattent froidement onze personnes sur leur passage dont les dessinateurs Cabu, Wolinski, Charb, Honoré et Tignous.

À l’extérieur des locaux, ils assassinent une douzième personne, le policier Ahmed Merabet tombé au sol alors qu’il venait en renfort.

Les deux criminels seront à leur tour abattus par le GIGN deux jours plus tard.

Dès le 8 janvier, leur complice Amedy Coulibaly, s’en prendra à une policière municipale, Clarissa Jean-Philippe à qui il ôtera la vie.

Le lendemain de ce nouvel assassinat, Coulibaly prendra en otage les clients d’un magasin Casher où il fera 4 nouvelles victimes innocentes de confession juive.

Il sera exécuté par les forces d’intervention au moment de l’assaut donné pour libérer les otages.

Les trois terroristes se réclamaient d’Al-Qaïda dans la péninsule arabique.

S’ils sont donc aujourd’hui décédés, le tribunal s’est attaché à déterminer les responsabilités des condamnés qui leur ont fourni une aide logistique ou un soutien.

AA



SUR LE MEME SUJET