Omer Celik : "Macron soutient les crimes de haine"

Celik a affirmé que la déclaration d'Emmanuel Macron selon laquelle « un Islam des Lumières sera bâti » en France avec le projet de loi sur ‘la lutte contre les séparatismes’, était un manque de respect envers le droit et la liberté de croyance

1502969
Omer Celik : "Macron soutient les crimes de haine"

 

Le porte-parole de l’AK Parti, Parti de la justice et du développement , Omer Celik a affirmé que la déclaration du président français Emmanuel Macron selon laquelle « un Islam des Lumières sera bâti » en France avec le projet de loi sur ‘la lutte contre les séparatismes’, était un manque de respect envers le droit et la liberté de croyance.

Dans une déclaration faite sur son compte Twitter, Celik a souligné que la déclaration en question était un manque de respect envers les musulmans et une provocation.

Notant que la déclaration du président français Emmanuel Macron selon laquelle « un Islam des Lumières sera bâti » en France est un manque de respect envers le droit et la liberté de croyance, Celik a affirmé que la déclaration de Macron selon laquelle il proposera au cabinet des ministres un projet de loi concernant les séparatismes, était le reflet d’une sombre mentalité.

« Le fait que la France parle de bâtir un Islam est une approche dictatoriale et une sombre ignorance. La cible de Macron devrait être la xénophobie et l’islamophobie qui sont en hausse. Le fait qu’au lieu de cela, il prenne pour cible l’ıslam, est contraire aux principales valeurs humanitaires et démocratiques. Avec cette approche, Macron soutient les crimes de haine et non la démocratie et les droits de l’Homme », a fustigé Celik.

Le porte-parole de la présidence turque Ibrahim Kalin a également critiqué les propos du président français.

« L’assertion formulée par Macron selon laquelle « l’islam est en crise » n’est autre qu’une expression provocatrice et dangereuse qui attise l’islamophobie. La France fait preuve d’une perte de lucidité en tentant de faire de l’islam et des musulmans le bouc émissaire de ses propres erreurs et mésaventures » a-t-il estimé.



SUR LE MEME SUJET