Actions provocatrices de la Grèce: l’UE appelle Athènes au dialogue avec la Turquie

Athènes qui a signé un accord de délimitation des zones de juridiction maritime avec l’Egypte, en niant le droit international, se prépare à une nouvelle provocation.

1482222
Actions provocatrices de la Grèce: l’UE appelle Athènes au dialogue avec la Turquie

 

La défense de ses droits légitimes par la Turquie en Méditerranée orientale préoccupe la Grèce. Athènes procède chaque jour à une nouvelle action attisant les tensions.

Athènes qui a signé un accord de délimitation des zones de juridiction maritime avec l’Egypte, en niant le droit international, se prépare à une nouvelle provocation.

Dans une interview au journal Realnews, le ministre grec des Affaires étrangères Nikos Dendias a fait savoir qu’un « accord serait signé avec le Secteur chypriote grec pour définir la zone économique exclusive, dès lors que les conditions seront favorables ».

Dendias a prétendu que l’accord officialisera les zones de juridiction maritime.

Selon les experts, les explications provocatrices de Dendias n’ont aucun fondement juridique. Or la Grèce et le Secteur chypriote grec n’ont aucune frontière en mer.

La Grèce défend qu’elle peut alors conclure un accord de délimitation via l’île de Meis (Castellorizo). Mais selon le droit international, la Grèce n’a pas le droit de proclamer des plateaux continentaux et des zones économiques exclusives aussi étendus via ces îles.  

Donc la Grèce et le Secteur chypriote grec n’ont pas de frontière pour des zones de juridiction maritime.

Même si le ministre grec dit opter pour un dialogue avec les voisins, il est de notoriété publique que l’objectif essentiel d’Athènes est d’empêcher les activités de la Turquie dans la région.

Par ailleurs, l’Union européenne appelle la Grèce à dialoguer avec la Turquie plutôt que d’entreprendre des actions susceptibles d’attiser les tensions.

Dans un communiqué, la Commission européenne informe que les efforts se poursuivent pour une solution diplomatique.

« Il y a besoin d’un dialogue avec la Turquie » rapporte le communiqué et appelle à « éviter les actions unilatérales qui peuvent attiser les tensions ».

« Ceci est dans l’intérêt des deux parties » poursuit le texte.



SUR LE MEME SUJET