Les Franco-Turcs au-devant de la scène en France

Les Franco-Turcs peu ou mal connus en France sont désormais sortis de l’ombre et ont décidé de reprendre leur destin en main

1447658
Les Franco-Turcs au-devant de la scène en France

par Öznur Küçüker Sirene

Plutôt de nature discrète, la communauté franco-turque est connue pour sa bonne intégration en France. Travailleurs et sans aucun problème notable de radicalisme religieux ou de criminalité, les Franco-Turcs commencent également à se faire entendre de plus en plus par leurs succès dans différents domaines de la vie socio-économique et politique.

Actions de solidarité des Franco-Turcs pendant la pandémie de COVID-19

C’est sûrement durant l’épidémie de coronavirus que les Français ont pu mieux découvrir le sens de générosité et de solidarité de leurs compatriotes d’origine turque. Dans un contexte si difficile où tout le monde pensait à sauver sa propre vie et celle de sa famille, les Franco-Turcs se sont mobilisés dans toute la France afin d’aider les plus vulnérables, leurs immenses    sacrifices et efforts faisant même la une des journaux français.

A titre d’exemple, Le Parisien a publié un article sur les Franco-Turcs du Val-de-Marne qui ont financé 5000 masques chirurgicaux et 500 surblouses. Des couturiers bénévoles ont également cousu 250 masques en tissu pour aider soignants et habitants à se protéger du coronavirus.

De la même manière, L'Alsace a publié un article sur les plus de 4 500 repas distribués aux personnels soignants, aux forces de l’ordre ainsi qu’aux personnes âgées et isolées par l’association Ditib Colmar et les Salons de l’Orangerie de Colmar en collaboration avec le YTB (Yurtdışı Türkler ve Akraba Topluluklar Başkanlığı).

L’un des événements les plus marquants de cette période douloureuse était le déplacement de   la première dame Brigitte Macron aux associations franco-turques de la région parisienne ayant créé des groupes de soutien et des ateliers de confection de surblouses, afin de soutenir les hôpitaux de la région, et de venir en aide au personnel soignant. Dans une vidéo filmée par Ayse  Baris, présidente de l'Association Centre Culturel Franco-Turc d'Aulnay-sous-Bois, Sevran, et de Villepinte, Brigitte Macron s’adresse aux Franco-Turcs : « Un immense merci pour tout ce que vous avez fait. Sans vous, les choses n'auraient pas été possibles ».

D’autres exemples de solidarité ont été observés à travers toute la France, les Franco-Turcs devenus des modèles et symboles de sacrifices personnels dans une telle situation d'urgence sanitaire exceptionnelle.

Naf Naf repris par un Turc et deux maires d’origine turque, une première dans l’histoire

En dehors de l'exemplarité des Turcs de France durant la pandémie de Covid-19, on peut aussi se féliciter de leur engagement croissant dans la vie économique et politique. La célèbre enseigne française de prêt-à-porter Naf Naf en redressement judiciaire a été rachetée par son fournisseur Sy Corporate présidé par l'homme d'affaires français d'origine turque Selçuk Yilmaz, lorsque ce dernier a promis de conserver 75% des emplois en France. C'est ainsi qu'une société franco-turque fut privilégiée à son concurrent français, le groupe Beaumanoir.

Le plus grand progrès fut cependant accompli dans le domaine politique lorsque deux citoyens d’origine turque ont été élus maires lors des élections municipales. Remportant le second tour des élections avec 52,4% des voix, Metin Yavuz, candidat de la droite, a non seulement réussi à devenir le premier maire franco-turc de l’histoire mais aussi à faire basculer la ville de Valenton aux mains des communistes depuis un siècle. De la même manière, Agnès Evren qui était déjà députée européenne depuis 2019 a été élue maire du 15e arrondissement de Paris, l’arrondissement le plus peuplé de la capitale, avec 53,5% des voix.

Cette victoire symbolique incitera certainement les jeunes franco-turcs à s’engager davantage dans la vie politique française. Elle permettra également de changer le regard parfois biaisé que certains Français portent sur la communauté franco-turque donnant l’impression d’une communauté repliée en elle-même.

Or il existe encore des obstacles majeurs pour l’accès des Franco-Turcs à des postes de haut niveau en France. Un candidat d’origine turque doit faire face à la pression des lobbys anti-Turquie dont notamment le lobby arménien et au lynchage médiatique. Son soutien ou non à la politique du président Erdoğan, son identité musulmane ou ses opinions sur les événements de 1915 sont grandement relayés par les médias français qui essaient par tous les moyens de coller une étiquette à un candidat d’origine turque avant même de lui permettre de se lancer dans une carrière politique.

Dans un tel contexte qui rend la vie dure aux Franco-Turcs et malgré les tensions politiques croissantes entre la Turquie et la France, le succès des Franco-Turcs est donc à saluer. On peut déjà prévoir un bel avenir pour la nouvelle génération qui œuvrera pour le renforcement des relations franco-turques tout comme l’amélioration de la vie de l’ensemble des citoyens français.

 

 



SUR LE MEME SUJET