France : François Fillon condamné à 5 ans de prison…

L’ancien Premier ministre français, François Fillon, a été condamné, lundi, à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, 375 mille euros d’amende et 10 ans d’inéligibilité, par le tribunal correctionnel de Paris dans l’affaire des emplois fictifs de son épouse,

1445544
France : François Fillon condamné à 5 ans de prison…

 

L’ancien Premier ministre français, François Fillon, a été condamné, lundi, à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, 375 mille euros d’amende et 10 ans d’inéligibilité, par le tribunal correctionnel de Paris dans l’affaire des emplois fictifs de son épouse, a-t-on appris de sources médiatiques.

Pénélope Fillon est pour sa part condamnée à 3 ans de prison avec sursis, 375 mille euros d'amende et 2 ans d’inéligibilité.

L’ancien chef du gouvernement et sa femme ont été reconnus coupables de détournement de fonds publics par la justice, ainsi que de complicité et recel d’abus de biens sociaux.

Selon France Info, la présidente du tribunal a estimé que le rôle de Pénélope Fillon lorsqu’elle était officiellement assistante parlementaire de François Fillon, « se bornait à la simple transmission » de travail à la secrétaire.

« Rien n’aurait pu justifier la rémunération perçue », a poursuivi la Cour qui estime le montant du préjudice à 1.155.701 euros.

A la sortie de l’audience, Pierre Cornut-Gentille, l’avocat de Pénélope Fillon, a jugé la sanction « extrêmement sévère » et indiqué que sa cliente va interjeter appel de cette décision.

Anthonin Lévy, avocat de François Fillon a, lui aussi, annoncé un recours en appel de son client, invoquant une sanction « qui n’est pas juste ».

Pour rappel, en 2017, le Canard Enchaîné avait révélé que Pénélope Fillon avait été embauchée comme assistante parlementaire durant la carrière politique de son époux comme député, sans que jamais aucune trace de ce travail, ni de sa présence à l’Assemblée nationale, ne vient confirmer qu’elle y travaillait effectivement.

Les deux enfants du couple ont eux aussi bénéficié de ce type de contrat de travail.

En pleine campagne pour l’élection présidentielle, François Fillon avait vu ses ambitions politiques voler en éclats face au tollé provoqué.

 

 

 

AA



SUR LE MEME SUJET