Les manifestants contre le racisme ont détruit la statue d’un commerçant d’esclaves en Angleterre

Les manifestants réunis contre le racisme ont détruit la statue d’un commerçant d’esclaves en Angleterre

1431273
Les manifestants contre le racisme ont détruit la statue d’un commerçant d’esclaves en Angleterre

 

Les manifestants réunis contre le racisme ont détruit la statue d’un commerçant d’esclaves en Angleterre 

Les manifestants qui protestaient contre le racisme dans la ville de Bristol en Angleterre, ont détruit la statue d’un commerçant d’esclaves.

Les manifestations qui ont commencé en Angleterre à la suite de la mort de George Floyd, afro-américain tué le 25 mai par la police aux États-Unis, continuent.

Deux manifestations ont été organisées devant l’ambassade des États-Unis à Londres et devant l’office du Premier ministre britannique.

Les manifestants qui ont porté des pancartes sur lesquelles étaient inscrites : « S’il n’y a pas de justice il n’y aura pas de paix », ‘Ça suffit » ou encore « Trump et Boris sont racistes », ont lancé les slogans suivants : « La vie des noirs est importante », « L’Angleterre n’est pas innocente ».

Les manifestations ont eu lieu à Londres mais également dans la ville de Bristol et dans la capitale de l’Écosse à Edinbourg.

Dans la ville de Bristol, les manifestants ont détruit la statue d’Edward Colston qui faisait le commerce d’esclaves au XVIIè siècle.

Par ailleurs, des milliers de manifestants se sont réunis devant le palais de justice à Bruxelles, capitale de la Belgique.

Près de 10.000 manifestants réunis devant la place Poelaert, ont protesté contre la violence policière et le raciste et lancé les slogans « La vie des noirs est importante ».

« Le meurtre de George Floyd aux États a bouleversé un grand nombre de personnes. La majorité d’entre nous en ont assez de la violence policière contre les noirs. Nous voulons la justice pour chacun des victimes de violences policières en Belgique », note le communiqué lu lors des manifestations.

Les manifestants qui ont brandi les pancartes contre le racisme ont lancé les slogans suivants : « Justice pour Floyd », « S’il n’y a pas de justice, il n’y aura pas de paix ».

Des manifestations semblables auxquelles ont pris part des centaines de personnes, ont été organisées dans les villes de Gent, Anvers, Hasselt et Ostende.

D’autre part, une manifestation pour Floyd tué à la suite de la violence policière et réunissant plus de 15.000 personnes a eu lieu à Copenhague, capitale du Danemark.

Des milliers de personnes qui ont répondu présent à l’appel du mouvement ‘La vie des noirs est importante’ (Black Lives Matter), se sont réunis devant l’ambassade des États-Unis à Copenhague.

Les manifestants ont réagi contre le racisme et la violence policière en brandissant des pancartes sur lesquelles étaient inscrites : « Je n’arrive plus à respire », « La vie des noirs est importante », « Le racisme est une pandémie’, « Brise la supériorité des blancs », « La laverie est le seule endroit où l’on sépare les couleurs », « L’Humanité est d’une couleur unique », « Stop au racisme systématique », « George Floyd », « Se taire est une violence », et « S’il n’y a pas de justice il n’y aura pas de paix ».

Les manifestants ont marché en musique et en lançant des slogans du bâtiment de l’ambassade jusqu’au palais de Christianborg où se trouve également le bâtiment du parlement.

Les manifestants qui se sont réunis devant la place qui se trouve devant le bâtiment du parlement après que des discours soient prononcés, ont répété le mouvement de l’ex-joueur de football américain Colin Kaepernick qui s’était mis à genou face à la violence policière.

Les manifestations qui ont duré près de 3 heures, ont pris fin sans incident.

Le 25 mai, la police de la ville de Minneapolis a arrêté George Floyd, afro-américain soupçonné de fraude. Lors de son arrestation, un policier lui a mis un genou sur la nuque pour le maintenir au sol.

Floyd a alors appelé le policier à enlever son genou de sa nuque, en répétant : "Je ne peux pas respirer", mais ses appels n'ont pas reçu de réponse, et il a fini par mourir asphyxié.

Les vidéos de la mort de Floyd ont provoqué l'indignation sur les réseaux sociaux, et des milliers de personnes sont descendues dans les rues de Minneapolis et plusieurs autres villes américaines pour protester contre l'incident.



SUR LE MEME SUJET