En France, les associations turques se mobilisent en faveur des hôpitaux

Les associations et particuliers, d'origine turque, contribuent à l'effort national de lutte contre le Covid-19, en fabriquant les fameux masques en plexi transparent à l'aide d'imprimantes 3D pour le personnel soignant

1391574
En France, les associations turques se mobilisent en faveur des hôpitaux

La propagation du coronavirus dans le monde entier a bousculé le comportement de tous les citoyens sans distinction de couleur, de religion ou d’ethnie. Les citoyens français d’origine turque sont particulièrement touchés.

A l’heure actuelle, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a déclaré que plus de 156 ressortissants turcs sont décédés du Covid-19 à l'étranger.

D’après les informations recensées sur les réseaux sociaux, plus de 50 d’entre eux vivaient en France. C’est pourquoi des dizaines d’associations turques se mobilisent dans la lutte contre le coronavirus.

Parmi elles, le Comité de Coordination des Musulmans Turcs de France (CCMTF) explique à l'Agence Anadolu (AA) ses projets.

Ainsi, cette association turque veut contribuer à la lutte contre le Covid-19 en fabriquant des masques en plexi transparent afin de les offrir aux personnels hospitaliers. En effet, ces masques plexis viennent compléter l'utilisation des masques classiques afin de protéger les soignants.

« En tant que citoyens français d’origine turque, nous avons des devoirs économiques, culturels, politiques et sociaux », a expliqué Ziya Bayindir, président du CCMTF.

A partir de ce constat, Bayindir souhaite proposer, avec les bénévoles de son association, des outils nécessaires au personnel hospitalier afin de les soulager et protéger dans l'accomplissement de leurs tâches au quotidien en cette période de crise sanitaire.

De ce fait, le Conseil d’administration de l’association a réfléchi sur la manière pour la communauté turque de France d'apporter son aide.

Ainsi, une cagnotte en ligne a été lancée dans un premier temps, alimentée par les membres de l’association qui mettent à contribution familles et entourage.

Grâce aux dons récoltés, l’association souhaite apporter sa modeste contribution à la lutte contre le virus.

La première initiative de l'association consistera en la fabrication et livraison dans les hôpitaux de masques plexis imprimés avec des imprimantes 3D, en plus des masques chirurgicaux ordinaires.

En second lieu, la structure proposera 2 ou 3 fois par semaine, des repas au personnel soignant.

Ziya Bayindir tient à préciser aussi qu’il soutient la décision de la Turquie d’aider l’Espagne et l’Italie, deux pays particulièrement touchés.
Il estime par ailleurs que cette campagne sera très bénéfique aussi bien pour les 800 mille Turcs qui vivent en France que les 67 millions de Français.

C’est pourquoi, il appelle à soutenir massivement la campagne de dons lancée par son association.

D’autres associations et entreprises turques se mobilisent également.

Dans le même objectif, d’autres personnalités de la communauté turque contribuent également à l’élan de solidarité.

Ainsi, à Roubaix, une association turque, en partenariat avec le restaurant Marmaris, livre des repas au personnel soignant.

De son côté, l’association DITIB de Montfermeil a livré plus de 400 combinaisons de protections à l’hôpital de sa ville. En outre, la ville de Sevran a salué le geste de monsieur Erdal Mirciloglu, un chef d’entreprise turc, qui a fait don de masques à l’hôpital de René-Muret. Il est bon de préciser que l’appel aux dons a été lancé par Ayse Baris, adjointe au maire d’origine turque d'Aulnay-Sous-Bois.

D’autres citoyens d’origine turque ont aussi mis à disposition leur savoir-faire en matière de technologie afin d’aider les hôpitaux. Ainsi, Yasin Sayin a fabriqué grâce à son imprimante 3D, les fameux masques en plexi. Cet ingénieur et conseiller municipal récemment élu à Maizières, en produira « autant qu’il le faudra » avec l’aide de son ami, Zacuri Mickael, auto-entrepreneur.

Enfin, le supermarché Cinar à Dijon, fournit chaque semaine à l’ensemble du personnel hospitalier, un filet contenant des fruits et des gâteaux.
Le directeur du magasin, Sinan Cinar, a expliqué à l'AA que « c’était aussi une forme de reconnaissance envers le personnel hospitalier pour leur formidable travail ».

AA



SUR LE MEME SUJET