France : un élève exclu de la cantine pour avoir refusé de manger de la viande

Les parents d'un élève de CE2 dans la commune de Pont Cheruy ont reçu une lettre de la part de la mairie, expliquant que leur enfant sera exclu de la cantine après les vacances de Noël "pour avoir refusé de manger de la viande à la cantine"

1318715
France : un élève exclu de la cantine pour avoir refusé de manger de la viande

 

Les parents d'un élève de CE2 dans la commune de Pont Cheruy (sud-est de la France) ont reçu le 15 novembre dernier et révélée le 5 décembre sur les réseaux sociaux, une lettre de la part de la mairie, expliquant que leur enfant sera exclu de la cantine après les vacances de Noël "pour avoir refusé de manger de la viande à la cantine", a appris le correspondant d'Anadolu auprès des parents.

Contacté par Anadolu, la mère de l'enfant en question a remis une copie de la lettre datée du 15 novembre 2019. En effet, le maire Alain Tuduri (DVD) indique aux parents du jeune Kamil, 8 ans "qu'il ne sera plus accepté au sein du service de restauration scolaire après les vacances scolaires de Noël qui débuteront le 21 décembre 2019".

Dans cette lettre, le Maire invoque "le rôle de la cantine scolaire". Ainsi, pour la mairie, le service de restauration sert "à la découverte du goût, l'approche de nouvelles saveurs, mais également le lien social et de convivialité qu'il génère".

Suite au refus des parents qui ne souhaitent pas que leurs enfants consomment de la viande, le maire informe, en conséquence que "l'enfant ne sera plus accepté au sein du service de restauration scolaire après les vacances scolaires de Noël qui débouteront le 21 décembre".

Le maire de la commune n'a pas réagi pour le moment à la demande d'entretien du correspondant d'Anadolu.
La mère du jeune garçon, Raja Lamsyah, a déclaré à Anadolu qu'"un avocat avait été saisie de l'affaire pour d'éventuelles poursuites."

La décision d’exclusion est dénuée de fondement légal.

Par ailleurs, le site planète-info qui attire l'attention sur les enjeux écologiques critique sévèrement la décision.

Dans un article publié aujourd'hui, le site juge "cette décision irresponsable eu égard aux enjeux écologiques actuels".

D'après le site, "manger de la viande est un désastre pour l'environnement et pour la santé".

Plusieurs parents s'étonnent d'ailleurs de la sévérité de la décision. Un parent de la commune qui souhaite garder l'anonymat "ne comprends pas que ça soit si difficile de mettre un peu plus de légumes à la place de la viande qui coûte plus chère".

De plus, cette expulsion est illégale comme le rappelle à chaque occasion l'Association Végétarienne de France dans ses campagnes Végécantines.

Selon l'association, "le droit interdit d'obliger un enfant de consommer un aliment qui ne respecte pas les croyances philosophiques des parents’’.

Elle rappelle que conformément à la loi EGalim adoptée le 2 octobre 2018, toute la restauration scolaire allant de la maternelle au lycée doit proposer au moins un menu végétarien par semaine depuis le 1er novembre 2019.

Pour information, la ville de Pont de Cheruy a une note de 4,79 sur 10 sur le site Ville Idéale qui note les villes en fonction de plusieurs critères notamment le bien-être.

En outre, plusieurs internautes ont vivement réagi à la décision. Certains ont rappelé "qu'il ne s'agissait d'en aucun cas d’une question de convivialité mais d'un acharnement contre un jeune musulman".

D'autres ont rappelé les déboires judiciaires du maire Alain Tuduri.

En effet, il a été condamné à plusieurs reprises notamment pour discrimination envers des noms à consonances maghrébines, selon France 3 Rhône Alpes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AA



SUR LE MEME SUJET