Orban: "Sans la Turquie, le flux migratoire vers l'Europe ne peut pas être endigué"

Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, a déclaré, jeudi, que son pays remplira pleinement son rôle en ce qui concerne la zone sécurisée dans le nord de la Syrie.

Orban: "Sans la Turquie, le flux migratoire vers l'Europe ne peut pas être endigué"

 

Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, a déclaré, jeudi, que son pays remplira pleinement son rôle en ce qui concerne la zone sécurisée dans le nord de la Syrie.

Orban s’est, ainsi, exprimé au cours de sa conférence de presse conjointe avec le président turc, Recep Tayyip Erdogan, jeudi à Budapest. 

Orban a indiqué qu’il a été mis au courant par le président turc des projets se rapportant à la zone sécurisée située sur les frontières turco-syriennes en assurant que la Hongrie soutiendra cette initiative. Il a également insisté sur la nécessite du retour des réfugiés syriens dans leur pays et sur l’importance d’apporter toute l’aide et le soutien nécessaires aux déplacés syriens. 

Le premier ministre hongrois a ajouté : « En dépit du fait que la Hongrie n’est pas un pays riche, nous remplirons pleinement notre rôle ». 

« Nous participerons, ainsi, avec joie, dans les projet de reconstruction annoncés par le président Erdogan, les ministres des Affaires étrangères des deux pays mettront au point les détails de cette participation », a-t-il indiqué. 

Orban s’est également félicité de la participation de la Turquie dans la lutte contre l’immigration clandestine en rappelant qu’Ankara a interpellé 250 mille migrants clandestins depuis le début de l’année 2019. 

Les deux pays poursuivront, ainsi, leur coopération dans l’industrie de l’Armement, a ajouté Orban en rappelant que les deux Etats sont membres dans l’Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN). 

« Nous sommes alliés militairement, la Turquie a la deuxième plus grande armée de l’OTAN, c’est pour cette raison que nous poursuivrons notre coopération dans les politiques et industries défensives », a-t-il rappelé. 

Orban a ajouté que le volume des échanges commerciaux entre les deux pays a atteint les 3 milliards de dollars, l’objectif est d’atteindre les 6 milliards par an.

 

AA



SUR LE MEME SUJET