Mali / France : Edouard Philippe à Gao pour soutenir la force Barkhane

Le Premier ministre français Edouard Philippe s'est rendu dimanche matin sur la base française de Gao au Mali pour "exprimer la gratitude de la nation française" aux soldats engagés au sein de l'opération Barkhane

1151478
Mali / France : Edouard Philippe à Gao pour soutenir la force Barkhane

Le Premier ministre français Edouard Philippe s'est rendu dimanche matin sur la base française de Gao au Mali pour "exprimer la gratitude de la nation française" aux soldats engagés au sein de l'opération Barkhane. 

Arrivé vendredi soir dans le pays, le chef du gouvernement effectue un voyage officiel destiné à renforcer les positions de la France dans la lutte contre le terrorisme au Sahel. 

Dans une allocution d'une quinzaine de minutes, retransmise en direct, Edouard Philippe a rendu hommage aux 24 soldats français "tombés sur le sol malien depuis le début des opérations." 

Il a adressé "une pensée à ceux qui restent et qui continuent le combat" contre le terrorisme et ont "choisi de servir la France par les armes". 

Il s'est félicité que les militaires français aient pu aider les forces maliennes à "mettre un coup d'arrêt" à l'avancée terroriste dans le Sahel. 

S'il reconnait que "la menace n'a pas disparu", Edouard Philippe estime qu'elle est désormais "contenue et endiguée." 

Il a notamment rappelé que d'autres partenaires européens se sont engagés dans cette lutte auprès du G5 Sahel. 

"Durant ces derniers mois, de nombreux chefs et membres de groupes terroristes ont été mis hors de combat", a-t-il expliqué depuis la base de Gao. 

Il estime, par ailleurs, que "la réponse ne peut pas être exclusivement sécuritaire" et rappelle que la "stratégie continuera d'être gagnante uniquement si nous combinons engagement militaire, action diplomatique, gouvernance et projet de développement." 

A cet égard, le chef du gouvernement français a indiqué avoir "besoin de l'engagement de tous pour progresser" vers une solution stable, avant de préciser la nécessité de voir perdurer "l'engagement de la MINUSMA", "de l'engagement de la mission européenne" et "du G5 Sahel". 

"C'est l'action de tous aux côtés des forces maliennes, qui fera reculer" le terrorisme, a conclu Edouard Philippe avant de souligner "l'excellence opérationnelle" des armées françaises engagées sur place. 

La veille déjà, il avait tenu une conférence de presse conjointe depuis Bamako avec son homologue Soumeylou Boubeye Maïga et durant laquelle ils ont longuement évoqué la lutte contre le terrorisme. 

"La tâche dans le Sahel est encore longue" a-t-il martelé, réaffirmant que : "aussi longtemps que le Mali le souhaitera (...) nous serons à la disposition et mobilisés". 

Pour rappel, la France est intervenue à deux reprises dans le Sahel durant le mois de février. Une première opération a été menée du 3 au 6 février au nord du Tchad à la demande du Président Déby pour le protéger "d'un coup d'Etat". 

Une seconde opération a été révélée dans un communiqué de presse de l'état major malien des armées. Paris aurait procédé, le 13 février, à des "frappes aériennes coordonnées" visant à neutraliser "un groupe armé terroriste". Au cours de cette dernière opération, deux otages ont été libérés. 



SUR LE MEME SUJET