France: Marine Le Pen réélue à la tête du FN, son père Jean-Marie déchu

Le parti français d'extrême droite Front national a comme prévu réélu pour un troisième mandat à sa tête Marine Le Pen et déchu son père Jean-Marie, fondateur historique, du dernier titre qu'il occupait: la présidence d'honneur

927205
France: Marine Le Pen réélue à la tête du FN, son père Jean-Marie déchu

Le parti français d'extrême droite Front national a comme prévu réélu pour un troisième mandat à sa tête Marine Le Pen et déchu son père Jean-Marie, fondateur historique, du dernier titre qu'il occupait: la présidence d'honneur.

Seule candidate, Mme Le Pen, qui a recueilli 100% des suffrages exprimés, parachève ainsi sa stratégie de "dédiabolisation" du FN, entamée dès son arrivée à la tête du parti en 2011.

Marine Le Pen, 49 ans, ambitionne de faire du FN un parti de gouvernement en s'écartant des déclarations controversées de son fondateur Jean-Marie Le Pen, notamment sur la Shoah.

Les quelque 1.500 militants présents au congrès du parti à Lille (nord) ont  approuvé à 79,7% des voix exprimées (20,2% contre) les nouveaux statuts supprimant la présidence d'honneur.

Ce titre avait été confié à Jean-Marie Le Pen, qui a présidé le parti durant 39 ans, de 1972 à 2011, et en avait été  exclu en 2015 par sa fille. Cette exclusion avait donné lieu à une longue bataille judiciaire entre père et fille.

Jean-Marie Le Pen, qui a publié ses mémoires une dizaine de jours avant le congrès, a renoncé finalement à venir au rassemblement, une première pour lui. Il avait menacé de recourir si besoin à la "force publique" mais la direction du FN avait prévenu qu'il serait interdit d'entrée, en raison de son exclusion en tant que membre.

Le patriarche, encore populaire parmi les sympathisants du FN, a préféré passer son samedi à dédicacer dans une librairie parisienne ses mémoires dont le succès a entraîné un retirage.

Dans le but de mettre sa formation sur les rails du pouvoir, Mme Le Pen proposera dimanche après-midi aux militants un nouveau nom au parti, loin de l'image "guerrière" que le mot "Front" peut avoir, selon elle.

Selon toute vraisemblance, ce mot disparaîtra, mais pas "national". La proposition de nom devra ensuite être entérinée par un vote militant dans les prochaines semaines.

 

AFP



SUR LE MEME SUJET