20% des "combattants français" de Daech en Irak et en Syrie perçoivent des allocations sociales

"Munis de leurs cartes avec photos, des parents percevaient les fonds venant de Pôle emploi ou de la Caisse d'allocations familiales, avant de les envoyer par mandat en direction des zones de combats"

835578
20% des "combattants français" de Daech en Irak et en Syrie perçoivent des allocations sociales

Selon des chiffres de la Brigade criminelle publiés par le quotidien "Le Figaro", près de 20% des "combattants français" dans les rangs de Daech en Irak et en Syrie continuaient de percevoir frauduleusement des allocations sociales.

En tout, 420 virements frauduleux auraient été repérés en 2016, précise la même source.

"Munis de leurs cartes avec photos, des parents percevaient les fonds venant de Pôle emploi ou de la Caisse d'allocations familiales, avant de les envoyer par mandat en direction des zones de combats", a indiqué le chef du groupe financier de la Brigade criminelle au journal français.

Pas moins de 420 virements frauduleux ont été repérés par cette brigade en 2016, précise encore "Le Figaro", ajoutant qu'entre 2012 et 2017, près de 500.000 euros auraient été transmis de France à des combattants de Daech par au moins 190 expéditeurs identifiés.

Le trafic global est estimé à plus de deux millions d'euros, selon la même source.

A la suite de la découverte du détournement, les enquêteurs ont prévenu les différents organismes sociaux concernés pour faire cesser immédiatement les versements.

Afin de lutter contre le financement du terrorisme, un groupe entier de la Brigade criminelle s’était spécialisé depuis 2008 dans la traque du financement des organisations terroristes.

C’est cette brigade qui avait ouvert une enquête préliminaire en novembre 2015, mobilisant les forces de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), de la Sous-direction antiterroriste (SDAT), de l’Office central pour la répression de la grande délinquance financière (Ocrgdf) et d’Europol.

 

AA



SUR LE MEME SUJET