France : Annulation à Lyon d’un colloque sur la lutte contre l’islamophobie

A la suite de l’annonce de la tenue de ce rassemblement sur les réseaux sociaux, c’est un déferlement de haine qui s’est abattu sur l’ensemble des intervenants.

820164
France : Annulation à Lyon d’un colloque sur la lutte contre l’islamophobie

L’université Lumière Lyon 2 a annoncé mardi l’annulation de son colloque sur la lutte contre l’islamophobie, a appris Anadolu d’après un communiqué publié par la présidence de l'université.

La journée d’étude sur le thème «Lutter contre l’Islamophobie, un enjeu d’égalité», organisée en partenariat avec l’Institut Supérieur d’Etude des Religions et de la Laïcité (ISERL) devait se tenir au sein de l’université Lyon 2, le 14 octobre. 

A la suite de l’annonce de la tenue de ce rassemblement sur les réseaux sociaux, c’est un déferlement de haine qui s’est abattu sur l’ensemble des intervenants.

La plaquette ainsi relayée par le site d’extrême droite «fdesouche.com» sous le titre « La fine fleur de l’islamisme invitée à l’université de Lyon pour débattre de l’islamophobie» a, ainsi, ouvert les hostilités et déclenché une vague de propos calomnieux à l’encontre des participants. 

Sur la plaquette de présentation, les divers intervenants tels que le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), la Coordination Contre le Racisme et l’islamophobie (CRI) ou encore l’organisation Participation spiritualité musulmane (PSM), ont subi un véritable lynchage médiatique. 

Ainsi, face à la polémique grandissante et en réponse à la publication d’une tribune de l’essayiste et militante Céline Pina qui, entre autres, pointait du doigt le second atelier dont le thème est : «Peut-on parler d’islamophobie d’Etat ?», Jean-Louis Bianco, président de l’Observatoire de la laïcité, accusé par la militante de participer au colloque, a jugé cette tribune de «mensongère et ridicule». 

Ce dernier a, en effet, déclaré sur twitter ne pas participer à cette table ronde, mais avoir, en revanche, «transmis une communication très claire sur «La République et la laïcité» qui sera, d’ailleurs, prochainement en ligne sur le site de l’Observatoire de la laïcité». Et d’ajouter qu’«il faut que ces mensonges et attaques de ceux qui veulent mettre à mal un immense travail de terrain partout sur le territoire, cessent.» 

Contactée par les médias locaux, la porte-parole de la présidence de l’université Lyon 2 a déclaré, mardi, que le colloque ne pouvait se tenir pour des raisons de «sécurité» et de «sérénité des échanges». AA 



SUR LE MEME SUJET