Expulsé de France: Hani Ramadan appelle au respect de la liberté d'expression

Contacté, lundi, par Anadolu, l’islamologue de nationalité suisse Hani Ramadan a fait savoir qu'il a engagé un avocat pour contester la décision « injustifiée » du ministère de I‘Intérieur de la "patrie des droits de l'Homme"

710348
Expulsé de France: Hani Ramadan appelle au respect de la liberté d'expression

A deux semaines de l’élection présidentielle en France, le ministre de l'intérieur, Matthias Fekl, a annoncé dans un communiqué, samedi soir, que l'Islamologue Suisse Hani Ramadan était interdit de séjour sur le sol français.

Alors qu'il se trouvait dans la ville de Colmar, en Alsace (Est), pour donner une conférence, Hani Ramadan a été interpellé par les forces de l’ordre afin de l'emmener au commissariat de Colmar avant d’être reconduit à la frontière suisse.

Contacté, lundi, par Anadolu, Hani Ramadan a fait savoir qu'il a engagé un avocat pour contester la décision du ministère, "injustifié" selon lui.

Dans un long communiqué, Hani Ramadan réfute toutes les accusations lancées à son encontre. "L’arrêté que présente le Ministre de l’Intérieur comprend en effet des erreurs et une approche réductrice de mes vraies opinions", se défend-il.

Le ministère avait justifié la décision en prétendant que "les propos de l'intéressé présentaient de graves troubles à l'ordre public".

Or, le petit fils de Hassan el-Banna, fondateur, en 1928, de la confrérie des « Frères Musulmans » en Egypte, explique que ces propos rapportés datent de plusieurs années. "Cet arrêté reprend les termes d’une polémique à laquelle j’avais pourtant largement répondu", insiste-t-il.

Pour exemple, il cite des propos qu'il aurait tenus et qui permettrait au ministre de l'intérieur de prendre cet arrêté. A titre d’exemple, il cite : « Une vraie musulmane doit porter le voile intégral en tout lieu et en toute circonstance ; seul son mari doit pouvoir la voir sans son voile

« Or, je n’ai jamais tenu ces propos ! Mon épouse et mes filles portent le voile et montrent leurs visages et leurs mains. Cependant, j’estime qu’une femme a le droit de s’habiller comme elle l’entend, selon ses convictions », argue-t-il.

Bien qu'il ait pris position contre la lapidation de certaines femmes, on lui reproche "de légitimer la lapidation des femmes adultères". Par ailleurs, il critique la volonté du ministre de l'intérieur de "mélanger volontairement antisémitisme et critique d'Israël."

"Il me reproche une hostilité à Israël en estimant que ma critique du sionisme est susceptible d’inciter à la haine contre les juifs», poursuit-il. « Il met en doute qu’il existe une forme de racisme sioniste Or, j’ai toujours déclaré que l’antisémitisme est inacceptable, mais que cela ne devrait pas nous empêcher de dénoncer les crimes commis contre les populations civiles à Gaza et en Palestine», a encore dit le frère de l’universitaire et islamologue Tariq Ramadan.

Ramadan ajoute que « Le ministre de l'intérieur a par ailleurs indiqué que ‘prétendre le pouvoir des lobbies financiers en France’ était aussi un motif de menaces à l'ordre public ». Or, pour Ramadan, «il s'agit d'une réalité objectivement mesurable".

Pour le ministère, affirmer que «l’islamophobie qui s'étend dangereusement en Europe» est une preuve d'un discours à "provoquer la haine, voire la violence, à l'encontre des sociétés occidentales, des femmes et des juifs." Or pour Ramadan, le ministre souhaite tout simplement supprimer la liberté d'expression chère à l'Occident.

AA



SUR LE MEME SUJET