France: La majorité des Français estiment que Fillon doit se retirer de la course présidentielle

La majorité des Français estiment que François Fillon, candidat de la droite à l'élection présidentielle, doit se retirer de la course à l'Elysée suite à la révélation de l'affaire des emplois fictifs concernant sa femme et ses enfants, selon un sondage

665034
France: La majorité des Français estiment que Fillon doit se retirer de la course présidentielle

La majorité des Français estiment que François Fillon, candidat de la droite à l'élection présidentielle, doit se retirer de la course à l'Elysée suite à la révélation de l'affaire des emplois fictifs concernant sa femme et ses enfants, selon un sondage.

Six Français sur dix (61%) interrogés par l'institut de recherche Odoxa pour France Info, donnent tort à Fillon qui a décidé de maintenir sa candidature à la présidentielle tant qu'il n'est pas mis en examen.

Ce sont, essentiellement, les sympathisants de gauche et d'extrême-droite qui s'opposent au maintien de Fillon en tant que candidat des Républicains (LR) à la présidentielle tandis que l'électorat de droite semble encore soutenir son représentant dans la course à l'Elysée.

La grande majorité des sympathisants de gauche (75%) estiment ainsi que Fillon a tort et "devrait d'ores et déjà renoncer à se présenter" tout comme ceux du Front national (65%), contrairement à l'électorat de droite (32%).

Les interrogés qui soutiennent le maintien de la candidature de Fillon évoquent presque tous le principe d'éthique de la présomption d'innocence (91%) tandis que les opposants soulignent qu'il ne faudrait pas que "la droite présente à l'élection présidentielle un candidat dont l'image a ainsi été altérée".

En cas de mise en examen éventuelle de Fillon, aucune solution ne semble se dégager ni chez l'électorat de droite ni chez les sympathisants de gauche et d'extrême-droite. Près d'un tiers des Français appellent à l'organisation d'une nouvelle primaire de la droite (34%) alors que d'autres soutiennent un remplacement par le candidat malheureux de la primaire Alain Juppé (34%), ce qu'il a déjà publiquement refusé dans la semaine. Finalement 31% des Français estiment qu'"il faudrait désigner en urgence une autre personnalité susceptible de faire l'unanimité".

- Une affaire qui remet en cause la candidature de Fillon chez les Républicains

Candidat de "l'honnêteté", François Fillon affronte un des plus grands défis depuis sa victoire dans la course présidentielle devant ses adversaires de la droite novembre dernier, celui de répondre à des allégations sur les irrégularités financières qui concernent à la fois sa personne et sa famille.

Depuis la révélation des emplois fictifs de son épouse, Pénélope Fillon, à l'Assemblée nationale en tant qu'attachée parlementaire, Fillon ne cesse de faire face à des scandales entourant des financements illicites desquels ont bénéficié l'ensemble de sa famille, estimés désormais à 1 million d'euros.

Les révélations sur les irrégularités financières ont provoqué une série de réactions au sein des Républicains, en particulier chez les soutiens d'autres candidats à la primaire de la droite. Nombreux sont ceux qui souhaitent désormais une "alternative" à Fillon, estimant sa candidature "très compromise".

Georges Fenech, député LR du Rhône a soutenu que le résultat de la primaire de la droite est désormais "caduc". "Je pense que le résultat des primaires est aujourd'hui caduc face à cet événement imprévisible (...) qui se situe non seulement sur le registre judiciaire mais sur le registre éthique et moral", a-t-il déclaré sur France Info.

Alain Houpert, sénateur de la Côte-d'Or et soutien par ailleurs de Nicolas Sarkozy, a également fait part de son intention de trouver un remplaçant à Fillon. "Le temps de la justice n’est pas le temps politique et nous risquons d’avoir au prochain quinquennat un président élu sur un malentendu (...) Il nous faut aujourd’hui considérer cet appel en face et avoir la dignité de changer de candidat", a noté le parlementaire dans un communiqué.

- Fillon éliminé dès le 1er tour?

Les révélations n'ont certainement pas aidé Fillon dans les sondages, dont les plus récentes éditions prévoient un deuxième tour sans l'ancien Premier ministre conservateur.

Selon un sondage publié mercredi par Les Echos et Radio Classique, Fillon n'est crédité que 19% d'intentions de vote en cas de candidature de François Bayrou à la présidentielle, et 20% dans le cas contraire, ce qui le placerait en troisième position, derrière Marine Le Pen (26-27%) et Emmanuel Macron (22-23%). Le candidat de la droite aura ainsi perdu entre 5 et 6 points depuis début janvier. 

AA



SUR LE MEME SUJET