Paris qualifie de "provocation" l'éventuel transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault considère que l’éventuel transfert de l'ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem, serait une «provocation extrêmement lourde de conséquences».

652052
Paris qualifie de "provocation" l'éventuel transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault a mis en garde contre l’éventuel transfert de l'ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem, par le président élu par Donald Trump, considérant qu’une telle initiative serait «extrêmement lourde de conséquences».

C’est ce qu’a déclaré Ayrault, dont les propos ont été retransmis par la chaîne de télévision "France 3", en marge de la Conférence de Paris pour la Paix au Proche-Orient, dimanche.

Interrogé sur le possible transfert de l’ambassade américaine vers Jérusalem, le ministre français a estimé qu’un tel geste serait une « provocation extrêmement lourde de conséquences ».

« Quand on est président des Etats-Unis, (…) on ne peut pas avoir une position aussi tranchée, aussi unilatérale, il faut chercher à contribuer à créer les conditions de la paix », a-t-il affirmé.

Le chef de la diplomatie française a ajouté : "Je crois que Donald Trump sera dans l'impossibilité de le faire".

Le président américain élu avait promis, au cours de sa campagne électorale, de transférer l’ambassade des Etats-Unis en Israël de Tel Aviv à Jérusalem. L’investiture de Trump à la présidence américaine est prévue pour le 20 janvier courant.

La conférence internationale pour la Paix, s’est tenue, dimanche, à Paris, avec la participation de 70 pays arabes et occidentaux.

L’événement a été marqué par la participation du Quatuor pour le Moyen-Orient, qui comprend les Etats-Unis, la Russie, l'Union européenne et les Nations Unies. La Ligue arabe, ainsi que l’Organisation de la Coopération islamique ont également pris part à la Conférence.

L’événement, salué par les Palestiniens, a essuyé de vives critiques du côté israélien.

Les pays et organisations qui ont participé à l’événement, ont rappelé, dans la déclaration finale que « le seul moyen de parvenir à une paix durable était une solution négociée avec deux États, Israël et la Palestine, vivant côte à côte en paix et en sécurité ».

AA



SUR LE MEME SUJET