Des juges français vont enquêter sur la disparition de deux Franco-Syriens en 2013

Pour la première fois, des juges français vont se pencher sur des exactions attribuées au régime de Bachar al-Assad

598757
Des juges français vont enquêter sur la disparition de deux Franco-Syriens en 2013

Pour la première fois, des juges français vont se pencher sur des exactions attribuées au régime de Bachar al-Assad: trois d'entre eux ont été chargés d'enquêter sur la disparition de deux Franco-Syriens, arrêtés en Syrie en novembre 2013 sans jamais plus donner signe de vie.

De nombreuses enquêtes visant le régime syrien sont menées en Europe, notamment en Allemagne, aux Pays-Bas au Royaume-Uni et en France, mais aucune n'avait jusque-là abouti à la désignation d'un juge d'instruction.

Trois magistrats instructeurs du pôle génocide et crimes contre l'humanité du tribunal de Paris vont donc enquêter sur des "actes de torture", "disparitions forcées" et "crimes contre l'humanité", a appris l'AFP de source judiciaire.

Une enquête préliminaire, sous la houlette du parquet de Paris, avait été ouverte en octobre 2015 à la suite du témoignage d'un proche des disparus.

La Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH), la Ligue des droits de l'Homme (LDH) et Obeida Dabbagh, frère et oncle des victimes, avaient ensuite déposé plainte contre X lundi.

Mazzen Dabbagh, 57 ans, et son fils Patrick, 22 ans, ont été arrêtés en novembre 2013 par des officiers déclarant appartenir aux puissants et redoutés services de renseignement de l'armée de l'air syrienne, selon les plaignants. Transférés à la prison de al-Mezzeh, dénoncée comme un centre de torture du régime, ils n'ont jamais redonné signe de vie.AFP



SUR LE MEME SUJET