Nouvelle pique de Poutine : La France est responsable d'avoir "envenimé" la situation en Syrie

Le "centre spirituel et culturel orthodoxe" russe, surplombé par les cinq bulbes dorés de sa grande cathédrale, près de la Tour Eiffel, sera inauguré mercredi à Paris

591711
Nouvelle pique de Poutine : La France est responsable d'avoir "envenimé" la situation en Syrie

Le "centre spirituel et culturel orthodoxe" russe, surplombé par les cinq bulbes dorés de sa grande cathédrale, près de la Tour Eiffel, sera inauguré mercredi à Paris, sans Vladimir Poutine, en pleine brouille entre Paris et Moscou sur la Syrie.

Le président russe a délégué pour l'occasion son ministre de la Culture Vladimir Medinski après avoir annulé la semaine dernière sa visite prévue de longue date, alors que la poursuite par Moscou et son allié syrien de raids aériens intensifs sur les quartiers rebelles d'Alep a provoqué de vives tensions diplomatiques.

Vladimir Poutine a lancé dimanche une nouvelle pique contre la France, pas "très impliquée" selon lui dans le processus de résolution du conflit syrien et responsable d'avoir "envenimé" la situation. 

Moscou a malgré tout maintenu l'inauguration du vaste complexe parisien, dessiné par l'architecte français Jean-Michel Wilmotte sur un terrain de plus de 4.000 mètres carrés au sol en plein coeur de la capitale française. Un chantier évalué à quelque 170 millions d'euros, entièrement financé par la Russie.

Signe du refroidissement entre les deux pays, aucun officiel français n'a encore été annoncé pour cet événement. Mais des discussions sont toujours en cours, selon une source russe. 

Le patriarche de Moscou et de toute la Russie, Kirill, n'y sera pas. Selon son diocèse français, le primat devrait faire le déplacement le 4 décembre pour la consécration de la cathédrale de la Sainte-Trinité, le clou du complexe, avec ses cinq domes caractéristiques de l'architecture religieuse russe, visibles depuis les berges de la Seine. 

Le plus grand des bulbes culmine à 37 mètres, une hauteur contrainte par les règles d'urbanisme. Après le veto mis, pour des raisons esthétiques, par l'ancien maire de Paris Bertrand Delanoë au projet architectural initial, Jean-Michel Wilmotte a aussi opté pour un or mat, plus discret.

Outre la cathédrale, l'édifice comprend un centre culturel (librairie, salles d'exposition et cafétéria), une maison paroissiale, les bureaux du service culturel de l'ambassade de Russie, ainsi qu'une école primaire bilingue franco-russe.

 

 AFP



SUR LE MEME SUJET